Cuisine locale

Pendant deux années consécutives j’ai fait des dessins sur feuille A4 au feutres, au crayons, à l’encre aux pastels. Ces dessins m’ont totalement libérée de ce que je pouvais produire avant. Ceci à partir de mes cinquante ans ce qui n’est pas tout à fait anodin. Je me suis sentie à l’apogée de quelque chose ( ma petite vie?) avec en même temps une peur viscérale au creux du ventre. Alors j’ai dessiné soir après soir sans but autre que celui de me discipliner de produire envie ou pas fatigue ou pas. Je me suis sentie acculée… Au même moment mon ami Pixel bleu est mort, ça a été un choc je n’avais plus vraiment de nouvelle de lui depuis longtemps mais je pensais à lui, à nos conversations virtuelles nos rêves lui c’était l’azur, l’infini …Cela m’a encore renforcé dans la décision de ne plus jamais arrêter de produire jusqu’à ma mort.

Cuisine(un):

Je prends différents supports ceux que j’ai sous la main (pour le moment je n’ai pas mené de réflexion profonde sur les choix que je fais dans ce domaine, ça viendra…). Je décide que » tel nombre  » de supports sera la série X, ma première série de ce type c’est la » bleu et rose » celle que j’ai commencé en hommage à Eric. Je lisse les bords des planches de bois marine puis commence à passer mon gesso, plusieurs couches de ce blanc mat et crayeux qui fait un bon fond solide, entre chaque couche je ponce finement.Ensuite …Ah! C’est le grand saut je décide de la couleur locale du nombre de tons que j’utiliserai. Puisque nous parlons de la série bleue aujourd’hui,pour celle ci j’ai mis de côté les différents bleus outremer et cobalt que je possède et tous mes rouges dans le panier en osier qui me suit dans toute la maison puisque je peins à plusieurs endroits. Le carmin, le grenat, le rouge garance, le rouge acra..Puis également le blanc toujours utile et le gris de payne moins violent que le noir de mars.

Pleine conscience de mes actes:

Je n’ai pas eu envie de travailler avec un fond, je ne veux plus de fond. Je ne veux plus d’une hiérarchie de ce type dans ma composition. Je refuse la forme sur le fond, je refuse également tout forme d’illusionnisme avec le fameux point de fuite, je ne veux pas faire semblant, semblant au sens d’une référence à la »prétendue réalité « je ne veux pas faire « illusion »:  je peins, j’organise des surfaces des formes des couleurs des couches de peintures qui se chevauchent effacent certaines parties en révèlent certaines autres, je trace des traits pour délimiter des territoires. C’est le premier acte délibéré et conscient de ma peinture. Ce que je veux faire c’est de la peinture et rien d’autre, montrer que le tableau est » une composition organique « . J’ai envie de ramener la peinture « à la surface »car paradoxalement c’est là qu’elle prend le plus de profondeur. Il n’y a pas de centre tout est centre chaque partie du tableau est aussi importante qu’une autre, la pratique du mandala m’a amené à ce constat.

Il faut le faire ce saut: « entrer dans  la dimension d’une  présence qui n’a rien à voir avec la représentation » Kandinsky.

Mais quand on l’a fait c’est comme quand on fait la planche dans l’eau froide et verte au large d’une plage des Landes en été vers 11 heures :le paradis.

Cuisine (deux):

je dessine dans un souffle une forme qui va animer la surface, je définis des contours. Cette forme c’est le fameux « nicht noch sein » dont je parle depuis longtemps, c’est la matrice originelle qui « peut faire penser » à un corps, une cellule, un continent vu de l’espace, je ne sais pas …. Cette forme peut être évocatrice d’un objet réel mais pour moi cela n’a pas d’importance, cette forme que je trace sans réfléchir c’est certainement le fantôme de tous les dessins que j’ai fait depuis mon enfance. Hors la forme, je peins en bleu couche sur couche en aplats translucides avec alternance de couches de laque acrylique pour accentuer l’effet de profondeur de vide, d’éther. Ce bleu c’est mon or des icônes en quelque sorte.C’est un labeur long répétitif pas gratifiant mais qui me réjouit. Dedans la forme je travaille de manière différente en alternant des couches de couleurs différentes faites de mélanges subtils  :rouge de mars, jaune de Naples, blanc, vermillon grenat… En créant des nuances qui finissent par se transformer en aplats finalement! Mais tout ce qui est fait même invisible a son importance. Là encore des heures de peinture au sens premier, couche sur couche patiemment dans un geste mesuré délicat pour ne pas dépasser les limites, les deux mondes colorés ne devant pas se mêler, c’est le jeu c’est la règle que je me suis donnée. Ensuite j’ajoute une forme nuageuse qui elle se permet de chevaucher les deux mondes celui du bleu et celui du rose. Elle est conjugaison, blanchâtre et translucide elle laisse voir les deux formes qui en dessous, tout en créant un nouvel espace. Puis je décide qu’il doit y avoir de la ligne dans la composition une forme fermée  pas droite, en effet j’évolue dans un monde souple en arabesques en courbe, le monde du vivant de l’organique. Alors je respire profondément et je trace au pinceau fin d’un trait décidé et définitif sans repentir possible une ligne qui se ferme créant une nouvelle forme vide à l’intérieur en opposition aux trois autres formes pleines. Elle crée une dynamique et un nouveau jeu de délimitations des territoires picturaux. Ce trait est rouge acra, un rouge très lumineux tirant sur l’orangé. Ce trait est important il dynamise mes compositions. Dans tout ce jeu de surfaces répertoriées je repasse des couches de carmin violacé rose chair orangé, je peins certaines parties avec du bleu outremer en glacis jouant sur de nouvelles limites en transparence. Puis j’ajoute une ligne ouverte qui commence à un bord de la surface du tableau et file jusqu’à un autre bord comme un grand intestin, serpent, rivière, route ? Comme vous voudrez. Cette ligne traverse chaque toile de manière différente, s’enroulant précisant des formes avec à certains endroits un épaississement qui est comme un œuf… un foie. La couleur est indéfinissable je travaille encore dessus. Je regarde mes compositions et il me semble qu’il manque quelque chose alors j’ajoute des éléments de collage. Je conserve méticuleusement depuis des années des feuilles de journaux féminins, papier glacé, papier de soie rangés par famille de couleurs. Je prélève dans ce trésor visuel tout ce dont j’ai besoin: des chairs, des bleus et des violacés subtils. Ces papiers un fois réunis en collages recomposés et photocopiés de nombreuses fois  je dispose alors d’une »palette » prête au plus juste au plus près de ce dont j’ai besoin pour mes toiles. Manier la couleur c’est ce que je préfère à tout.cropped-img_30681.jpgcropped-a1.jpgJ’ai du mal à définir plastiquement cette partie « collage » pour le moment elle donne du relief, de la matière, elle donne du reflet, de la réalité (avec les fragments de corps, mains manucurées, satin bleuâtre). Je trouve qu’elle donne du rythme et de l’harmonie à une composition un peu monotone et lisse.J’ai également ajouté des transferts de dessins anatomiques ou biologiques en référence aux calques de photoshop, la pratique numérique ayant bien nourri ma pratique picturale…La prochaine fois je vous décrirai ma deuxième série!

20180504_141127

Ce diaporama nécessite JavaScript.

de la lumière à la matière

Depuis que je suis petite (je crois que je vous parle souvent de mon enfance….elle fut douloureuse mais riche d’émotions qui me forgent aujourd’hui un mental fort et des goûts très précis) j’aime entrer dans les églises ,pour la pénombre , pour la lumière colorée qui se dégage des vitraux.Je trouve cette qualité lumineuse unique ,elle incendie le cœur et l’ame .Il suffit que je ferme les yeux pour ressentir le bleu des cathédrales unique ,intense que j’ai retrouvé dans la peinture de Van Gogh et dans les monochromes d’Yves Klein….

Mais je n’ai jamais beaucoup peint en bleu avant que mon ami Pixel nous quitte me laissant en héritage la charge de faire vibrer « le bleu ».Et quel plaisir c’est une couleur qui se raconte mal ,qui se vit…En peinture elle peut rayonner ,vibrer  elle reste toutefois matérielle,matière ,couche lisse aussi lisse soit elle cette couche jamais elle n’atteindra les sommets d’incandescence qui lui offre le verre serti de plomb des vitraux.

Et puis il y a eu l’avènement du numérique…. Je m’y suis mise dans les années 2000.Timidement avec une petite tablette de base Wacom et mon premier Mac.Cela tombait bien je n’avais plus d’espace ou installer mon matériel. La peinture numérique ne sent rien ,on n’a pas besoin de nettoyer les pinceaux ,ni de faire sécher les toiles.Tout était dans le ventre de Mac et bien vite dans un disque dur externe parce qu’on ne sait jamais ce que vous réserve un ordinateur même si l’on en prend soin avec amour.J’ai très vite repéré la qualité unique des couleurs électriques  et surtout celle du bleu.J’ai alors entrepris ma première série numérique , elle est composée d’ogresses qui dévorent leur amant,de « nicht noch sein  » improbables ,de formes molles et organiques qui m’attirent depuis » c’est arrivé tout seul » en 1995.J’ai exposé ces « œuvres » sur mes deux blogs d’Arte, artistikkkbranleta et kamera obskura.C’était pour moi à ce moment là , la meilleure façon de les montrer.J’ai considéré ces deux blogs comme une expérience unique de partage dans l’immédiateté d’un médium fluide ,volatile ,électrique ,j’avais une sensation d’excitation très particulière dans cet échange rapide, fulgurant, parfois émouvant.J’ai rencontré la plupart des amis virtuels que j’ai encore à ce jour…Depuis je continue à entrer régulièrement en relation avec d’autres artistes ,des écrivains ,des danseuses.L’internet a favorisé cette ouverture sur le monde j’avais trouvé ma « fenêtre »…pas comme dans la vraie vie.

Le maître mot de l’art numérique est je pense l’interaction , l’échange…Je ne suis hélas pas du tout professionnelle en matière de technologie et cela me frustre beaucoup de ne pas savoir faire de la programmation en Pure data. Du coup je me sens ridicule et complètement « old school » dans ce milieu au jargon tout de même un peu…opaque pour un débutant ou un ignorante comme moi. Alors que faire rester dans la grotte comme d’habitude ou essayer d’imposer mes vues ,celle d’une personne mure nourrie au biberon des beaux arts avec croquis ,dessin,perspective ,peinture ,matière ,contrastes ,volumes et plus encore, une personne qui saisirait l’outil numérique presqu’à rebours en se l’appropriant de manière tout à fait « classique » c’est à dire qui prend son stylet pour un pinceau !!! Qui fait des boulots qu’on pourrait qualifier d’expressionnisme numérique. Pas de bol l’expressionnisme est passé de mode depuis longtemps et moi j’en rajoute une couche en utilisant ce « style » avec les outils du troisième millénaire. Je fais ce que je peux mais je n’ai pas dit mon dernier mot dans ce domaine en vérité le Pure data m’intéresse beaucoup et l’interactivité qui ouvrirait une fenêtre de plus dans mon univers me fait de plus en plus rêver, pour l’instant le dialogue que j’ai avec mes différentes machines me plait énormément.En attendant je travaille sagement mes  fichiers numériques de plus en plus vite en postant de manière quasi instantanée sur mon smartphone et ça me plait.D’un autre coté je reproduis les fichiers que je préfère en moyen format sur papier à l’acrylique pour donner une autre version des faits une version concrète ,ensuite il est encore possible de travailler des détails pour « s’enfoncer » dans l’image…Dans une exposition future mon but serait de montrer les images sur moniteur ,peut – être en créant un vrai « faux blog » pour cela, que les visiteurs pourraient consulter chez eux, avoir envie de venir voir les versions peintes et s’immerger dans un bain de lumière offert par la  projection des fichiers à travers l’espace?? Tout reste à construire et à conceptualiser de manière un peu sérieuse mais je trouve l’idée séduisante, ajoutez à cela la possibilité de tirer gratuitement des copies de mes fichiers au moins le jour du vernissage pour offrir des épreuves des sus dits fichiers et l’on a une réflexion qui s’articule autour du statut de l’oeuvre en ce début de 21 ème siècle…

Je ne sais pas, mais je cherche…

Ci joint trois versions de « SuperMOM » version papier non terminée(format raisin),version smartphone,et version originale fait avec sumopaint ,logiciel en ligne celui ci est l’original…

Amourette?

« De ses chairs molles, j’ai taillé un quartier avec ma belle cisaille, j’ai ri aux éclats et je me suis sauvée ».

Le 17/03/2011 à 14:27 sur le blog kamera obskura, Arte.

 

En ce moment je reprends cette série numérique faite entre 2009  et 2011 pour le blog kamera obskura sur Arte.Je savais bien que ces boulots serviraient à autre chose qu’illustrer des posts… Je prends un grand plaisir à projeter en grand sur le papier ces images, je trace leurs contours au crayon puis je repasse sur ces contours un cerne noir ,j’établis une ambiance colorée de manière libre puis j’éteins le vidéoprojecteur et je me lance.Encore une nouvelle manière de procéder en me servant de traits anciens faits avec la tablette graphique(donc avec ma main libre de faire ce qu’elle voulait), le changement d’échelle apporte quelque chose qui me fait sourire je n’arriverai jamais à vraiment grandir bon sang.Travailler avec ce « pattern » est rassurant et libérateur ,il y a forcément des formes nouvelles qui émergent comme si le dessin numérique explosait sur le support tangible, il passe du statut d’image éthérée à celui de tableau unique concret il entre dans le réel. Ce système de poupées russes me convient et j’ai des idées qui fusent en pleine nuit à ce sujet, je me fais violence pour ne pas me relever!

J’imagine déjà l’exposition des deux voir trois versions d’un même fichier numérique celui ci flottant comme un ectoplasme sur le mur blanc du lieu d’exposition accompagné d’une voix grave la mienne créant du coup un espace d’art total ou le spectateur pourra s’immerger complètement.Je parle au futur ,proche ou lointain cela n’a pas d’importance,j’aime m’imaginer ce que sera demain tout en travaillant aujourd’hui…

C’est  pas grand-chose ,c’est ce que j’ai à offrir au Monde….

106750_mollmom

Réparation

Il y a une chose positive qui me restera de cette exposition avortée c’est le fait que j’ai ressorti tous les travaux en ma possession, que j’ai tout noté sur une feuille en décrivant les peintures en les nommant,en les datant. Un vrai travail d’archivage fastidieux mais extrêmement fructueux car il m’a permis de prendre du recul face à son propre travail ,construire des ponts ,faire les liens, se rendre compte des thèmes récurrents, voir obsessionnels qui animent mon « œuvre ». Je me suis rendue compte de l’état lamentable de certains boulots qui ont mal supporté les différents déménagements (je ne reste rarement plus de six à huit ans dans un lieu  , quelque chose me pousse irrésistiblement en avant, ailleurs, plus loin, plus près de l’océan devant lequel je voudrai finir mes jours et mourir. Je me suis rendue compte également du peu d’investissement de ma part dans la présentation des travaux.Tout a été fait « à l’arrache » volontairement oui mais inconsciemment pour ne pas aller au bout du processus de création : montrer son travail.Pour l’exposer il faut le rendre « montrable « justement, et moi je ne l’ai jamais mis en valeur, préférant user de supports tirés du rebut, de la rue, des poubelles.Travailler sur des matériaux indignes, abandonnés, mal coupés, mal finis afin qu’ils deviennent des œuvres d’art, faire jaillir la beauté le raffinement d’un débris c’était mon objectif et c’est aussi une métaphore qui répond à la façon dont j’envisage ma personne : invisible, sans importance je suis celle qu’on abandonne sur le bord du chemin et je n’ai pas de larmes qui sortent des yeux je reste silencieuse en attendant que quelqu’un me voit enfin, à ma juste valeur ?

Je suis un petit soldat au garde à vous et malgré la peine qui me transperce en ce moment je lutte contre la dépression en continuant à travailler justement sur cette question de la présentation. J’ai sorti tous mes travaux et je les rafistole, dans le but de pouvoir les montrer quand cela sera possible; je fais des gestes nouveaux pour moi, des actions que je croyais incapable de mener ,maniant la scie, la pâte à bois ,le papier de verre.Un fois de plus je me rends compte que ma mère a eu une influence néfaste sur mon comportement en ne me faisant jamais confiance, en ne me laissant pas toucher à la boite à outil, en me persuadant que j’étais INCAPABLE de m’exercer sur le terrain des réalisations concrètes. Le fameux bricolage qui m’a toujours fascinée quand j’allais fouiner dans le grand garage de mon arrière grand père, son établi, cette odeur de graisse je l’ai encore dans le nez et les multiples outils accrochés au mur comme des trophées m’enchantaient.Les pots de confiture recyclés en pots à clous étaient rangés avec rigueur. J’adorais cette ambiance masculine poussiéreuse et rassurante. Mais moi j’étais dédiée aux réalisations intellectuelles ,abstraites comme c’est réducteur et comme c’est loin finalement de mon tempérament de camionneuse enfoui… ! Après le bac je voulais faire des études pour réaliser des objets, des chaussures je rêvais de design en fait  mais ma mère a refusé, j’en rêve encore…

Dans le même temps je commence une grande série qui s’intitule « réparation » justement. En posant les couleurs je réfléchis et j’ai trouvé que c’était signifiant, constructif ce terme de réparation, celle des mes anciens tableaux et aussi celle de mon âme blessée, je me suis sentie trahie par ce type infect et travailler semble la seule manière de reprendre la main.De plus je ne suis pas insensible à ce qui se passe sur cette Terre, je suis peintre alors j’essaie dans mon coin de contribuer à un nouvel ordre du Monde en créant de l’harmonie à l’aide de mes couleurs, c’est tout le projet du Mandala, j’y puise la force et des réponse à mes questions existentielles. Je me moque des rires sarcastiques…Il y a dans cette réparation du rouge de VeniseIMG_4325, du vert de vessie, du blanc, du noir, du bleu outremer, du rouge garance, de l’orangé, il y a mes formes récurrentes (en cela le dessin quotidien a permis de bien définir ce que j’avais envie de tracer, de montrer), il y a mes thèmes de prédilection que je dessine depuis tellement de temps que je pourrai le faire les yeux fermés, la confrontation des êtres, les cellules, des grilles et des points, des non formes qui se répètent en « all over ». Il n’y a surtout pas de centre, ni point de fuite on peut entrer de toute part dans mes tableaux et chaque partie forme le Tout.

Avec mes couleurs  ,j’affronte le vide et repousse mes angoisses indicibles vers le néant.

Pixel bleu

Le bleu est la couleur préférée des français et des européens en général, mes sources  : monsieur Pastoureau grand historien de la couleur.Je n’affectionne pas particulièrement cette couleur. Lorsque j’ouvre mon armoire , j’y vois immédiatement une dominante noire ,rouge ,beige et turquoise.Si je regarde ma production ce n’est pas non plus le bleu qui domine même si j’ai beaucoup de tubes d’acrylique de différents bleus que j’achète plus par fétichisme que par besoin, je suis amoureuse des couleurs.J’aime le bleu dans la nature, le ciel ,les océans,les fleurs bleues m’attendrissent et elles ont ma préférence: myosotis,iris,jacinthe, et tant d’autres…C’est toute l’ambiguïté du bleu  qui peut représenter l’anonymat,l’uniforme comme la splendeur d’un ciel électrisant du Queyras, lié à l’or il est magique….

Il y a un peu plus d’un an, un de mes amis est mort d’un cancer du poumon, il avait le même age que moi; son nom de scène: Pixel bleu.Je me souviens encore de la première fois ou il a laissé un commentaire sur mon premier blog d’Arte, j’ai immédiatement été séduite par son style très personnel ,épuré,elliptique un peu âpre…Eric aimait le bleu, pas n’importe lequel. Le bleu….cobalt qui est un peu moins soutenu que l’outremer;un peu le bleu des papiers découpés de Matisse,de cécile Touchon, d’yves Klein.Dans la gamme de tous les bleus possibles ,il est certainement le plus emblématique , d’une telle intensité il brille ,vibre scintille incandescent et évanescent…..transcendant. On pourrait même considérer que ce bleu est lumière pure,vide,absolu. Dans ce bleu on nage,on plonge ,on aspire la fraicheur ,l’infinité des possibles….Yves Klein disait que le bleu n’ a pas de dimension , il est hors dimension..Nous n’avons jamais discuté de ce peintre avec Pixel bleu, je n’ai pas demandé non plus à Eric pourquoi il avait fait le choix de cette couleur,pourquoi ce nom d’artiste…De fait ,le bleu est une couleur qui vibre particulièrement bien avec l’image numérique, une histoire de pixels , l’histoire d’Eric qui sculptait de minuscules et fragiles échelles  en fil de fer sans fin. Une autre manière de véhiculer cette envie d’ailleurs,de transcendance impossible ,notre quête absurde….C’est sur,  nous étions faits pour nous rencontrer et échanger sur fond de connexion électrique.Mais Eric est parti pour de bon , de l’autre coté, sans crier gare. Je ne l’ai rencontré que deux fois avec bonheur et grande pudeur.Cette disparition fut une grande peine pour moi et du coup puisque j’avais fini les décors pour Annick en cette fin de printemps 2013,  je me suis immédiatement lancé dans une série….bleue pour Lui. Mais ce n’est pas chose facile d’exprimer la peine en peinture et je n’ai pas encore terminé. Tout d’abord j’ai recouvert mes supports de gesso, j’ai poncé finement puis je me suis attelée au travail sans idée précise comme toujours, j’ai peint de grandes formes chair molles censées représenter le sujet ,la vie sur un fond bleu outremer changeant: Pixel corps et âme tout simplement.Cela commence à prendre forme, je passe inlassablement de fines couches de peinture acrylique en glacis ,laissant l’empâtement pour une autre fois( ici j’ai envie de finesse , de discrétion dans l’acte de peindre). A chaque fois que j’ajoute une couche je pense à Lui, je lui parle intérieurement, d’une certaine manière il guide ma main, merci Eric de m’avoir laissé ce bleu vibrant en héritage.Il n’y aura pas d’oubli.

Créer c’est aussi cela, communiquer avec l’invisible, l’indicible….

IMG_3068

système nerveux….. ou comment j’ai envie de faire le point.

 

Il y a quelques jours ,j’ai essayé de faire le ménage ,mettre en ordre ,vous montrer que mon travail possède un « sens »,j’ai réfléchi:pourquoi tu fais ça? On ne peut pas parler de la peinture,on va tourner autour,les mots détruisent insidieusement la réalisation muette qui se dit elle même….Et je reviens alors toujours à lui ,Francis Bacon,toujours. inlassablement,à relire le peu d’entretiens qu’il a accordé,qui me parlent tant ,qui me sont si chers,qui me font rire ,et pleurer.pour lui seul.celui qui dit si peu et qui travaille seul,à revers, »excitation d’Être en vie »cela me vient de lui…Il n’y a que le système nerveux ,rien d’autre?Non,il n’y a rien d’autre ,au feu le romantisme panthéiste ,je suis d’accord avec toi ,moi ,je sais ce que je fais après coup ,je laisse les choses se placer d’elles mêmes,à quoi bon,juste courber l’échine et faire ,encore ,sans se retourner,en oubliant les jours d’infortune ou ce gout amer et lancinant rempli ma bouche,ce gout qui dit :Qu’est ce que tu fais , pourquoi ?A quoi bon? non ,non  ,non.C’est tout que je sais dire: non .Et je dois continuer. La mort elle, attend tranquille ,tout à fait tranquille ,cette pute incontournable .Mais moi ,je suis en vie.

carolina Diomandé,blog « artistikkkbranleta1″plateforme d’arte 09/12/2007

26102_multiple_copie.jpg

 

Avec cet article ,j’ai eu l’honneur de rester un bon nombre de semaines en page d’accueil comme blog du moment ,article à lire sur la plate forme d’Arte ,et je ne vais pas mentir j’en étais fière et enfantinement heureuse .Vous savez ce genre de bonheur qui ne se partage pas ,ou l’on saute tout seul au milieu du salon en chantant tralala….Arte me remarque ,c’est une référence pour moi :je suis heureuse , mon rêve a toujours été d’être REconnue par mes pairs ,pas devenir Lady gaga !

Un ami avec qui je correspond comme je le fais avec certains artistes ,peu mais de qualité (les artistes) ,me disait : « j’aime ton travail pour ce qu’il part dans tous les sens…….ne souhaite pas entrer dans le système ,reste underground » en substance bien sur ,je ne vais pas vous copier coller les mots de mes amis non plus ! Sur le moment ,je l’ai mal pris parce que rester underground c’est rester dans la cave ,dans le squat, en marge .Jeune et pleine de colère « fuck the society » c’est parfait mais à cinquante et un ans et toujours le calme plat c’est usant ,déprimant ,on finit par gravement douter, se penser minable ,une petite merde hurlante et rien d’autre? la marge j’y suis par essence mais je voudrais sans forcément en sortir ( et d’ailleurs le pourrai je ,je ne crois pas ,je ne le souhaite pas) rayonner un peu plus ,être soutenue de manière désintéressée et bienveillante:  Toi ma grande ,tu cherches encore et toujours Papa,hein???

Malgré un travail qui continue de s’enrichir ,un sens global de plus en plus affirmé (oui je sais cela n’apparait pas dans un blog surtout celui ci ou je saute joyeusement du coq à l’âne sans crier gare…;on pourrait effectivement penser que je suis bordélique ,que je sais pas ou je vais ,que ça déborde sous le casque (oui parfois un peu…) mais que nenni !  J’écris autant que je dessine. Quand je disais que j’étais surréaliste ce serait (n’y voyez pas de comparaison,elle est impossible à la manière de ma grande Louise B ),je ne pense qu »à ça » du soir au matin sans compter les rêves fous en couleur qui m’inspirent depuis toujours .Ma production semble vaine ?Elle l’est car c’est la Vie qui est comme ça,non ?Dérisoire  je crois parce que je ne me tiens pas un plan d’action « commercial » ,je ne suis pas une fine stratège et pourtant cela semble être une vertu cardinale à notre vilaine petite époque capitaliste ,du genre :attention j’improvise ….!

« allez ka ,tu ne dessines que  tes doigts de pied pendant trente ans ,sous toutes les coutures ,tu récoltes chacune de tes rognures d’ongles qui tu articules en sculptures monumentales (oui des années de rognures ça fait beaucoup ) et puis tu tagues ton pouce déformé  dans toutes les villes du monde ,corpus mycosa ,Alleluah ; tu expérimentes le port (tout ça filmé sous le même angle chaque jour de ta précieuse vie de créatrice adulée de l’art contemporain  )de chaussures trop petites pour voir jusqu’où les déformations et la souffrance physique sont des éléments sémantiques à expérimenter … (avec de manière sous- jacente la  critique  d’une  forme d’asservissement du corps féminin à travers les ages );comment deviennent tes pieds , ils deviennent laids c’est génial c’est sale c’est le corps physique et ça les excite ,tu les colles avec l’infographie sur toutes les statues antiques que tu as en reproduction la victoire de Samothrace sans bras mais avec les pieds de KA .Pendant ta grande exposition à Berlin ,tu décides de t’assoir nue sur une feuille de plastique ,au dessous passe le public pendant une heure c’est performance curage de mycose(enfin ce ne sont pas des mycoses que j’ai au pied c’est un problème inconnu du aux molécules que j’ingère depuis des années mais bon c’est blanchâtre ,c’est plastiquement très intéressant ) sur une musique d’iban Régnier ,vieux pote de galère car oui tu es restée fidèle à tes amis. En fin de performance filmée ,tu recueilles la précieuse « semence » quasi divine qui sera vendue aux enchères ,ma chair…. J’arrête là car même quand j’essaie de manier le style académique (car nous sommes bien dans une période totalement académique ,et maniériste) je déborde ,j’explose .Et puis ça me rend mélancolique ,triste…;Cela me donne envie de mourir (je ne peux pas j’ai une petite fille maintenant ), mais je ne suis pas aigrie non , je suis folle et ça me sauve.

NOCH :
encore
NICHT :
rien
SEIN :
être

N’être encore rien , c’est se donner tous les possibles. Je défends ardemment cette idée ,dans ma chambre obscure .Je  » révèle » mes secrets au monde aveugle et sourd.
la peinture est d’abord un ensemble d’éléments plastiques choisis,et disposés,couleurs,fond,forme,lumière,espace….l’art est conceptuel par essence.

C’est ce que j’avais choisi de dire sur mon travail au grand concours sur Arte ,je pense toujours la même chose.

 

Une chose à la fois oui vivre ,survivre à la douleur et à la méchanceté ,l’égoïsme qui ronge  notre société en fin de parcours ,être simplement vivante ,humaine ,et témoigner de cet état en tant qu’artiste ça je sais faire…mais semble t il , ce n’est pas de l’art; Parce que l’art ça se « manage »,ça s’explique à coups de rhétorique absconse ,se décortique ,se déguste par lampées avides pleines de fric.

Je rêve d’une république libre des artistes ,comme un salon des « refusés »moderne ….Seule ça va être dur.

N ’empêche ,on ne crée pas que pour Soi dans son coin. Pour moi c’est le fin fond de sud gironde.L’art est un partage qui ne s’explique pas (je reviens à mes sources divines  :Francis Bacon).

et hop.

,

bio?

Il faut simplement que je sauve ma peau ;

Il est derrière cette porte ,va rentrer et essayer de me toucher un sein ,j’ai mon grand couteau ,une lame brillante ,incisive : mon poing. 

 

 

 

Ce matin là je suis née ,je l’ai frappé violemment au visage ,la mâchoire fracassée ,mes réveils sont devenus paisibles ,quel age  ? quel age avais tu ? 14 ou 16 ans……Je ne sais plus.

 

 

 

 

 

Mode d’action :La limace (ou l’escargot) ingère le produit qui agit comme un coupe faim et bloque le système de mastication. La limace se retire pour mourir dans son nid  (mars 2010)

102030_ptk

C’est un article du deuxième blog ,le kamera obskura toujours sur la plate forme d’Arte .

En relisant ce texte qui est très obscur c’est vrai ! Je me rends compte du chemin parcouru depuis le blog précédent . J’ai dessiné cette esquisse numérique sans réfléchir et puis j’y ai posé mes mots ,il se trouve que ce j’y voyais  dans cette esquisse crépusculaire  c’était une lame alors j’ai brodé sur « ça »  ,sur « lui », sur ce qui aurait pu me détruire et qui ne l’a pas fait bien au contraire ….Je peux vous expliquer le titre si vous voulez ? Bio comme biologique ,comme traitement biologique ce que n’est pas le produit qui tue les escargots dont je parle en dernière partie…Vous me suivez.

Je commence à accepter de me considérer comme une artiste surréaliste voir complétement dada ,une femme qui s’accroche à son cerveau comme ultime bien personnel .Mes seins tombent ,mes joues s’affaissent ,mes cheveux blanchissent mais j’ai comme l’impression que mon cerveau lui  ,recèle des trésors qui n’ont pas fini de m’être utile dans La grande lutte .

Ce produit pas du tout bio ,celui qui détruit les bébêtes baveuses adoratrices de jeunes pousses , effrayant dans son mode d’action m’a rappelé la manière dont je me suis recroquevillée en gardant la tète haute (je sais c’est difficile à imaginer !) ,résistant de manière obtuse , contre cet homme qui partageait la vie de ma mère,qui mélangeait admiration et envie d’humilier….

Il se trouve que j’ai eu le dernier mot ,sans aucune violence,sans procès….

Il se trouve que je suis fière de moi  et que j’aime beaucoup cette esquisse ( je dis rarement ce genre de choses à propos de mon travail )  parce qu’elle est profonde ,expressive et suave . Elle contient toute ma souffrance et mon courage ,ma pugnacité et mes rêves veloutés de couleur. J ‘abandonne de plus en plus le figuré pour l’abstrait ,ce travail de 2010 est précurseur de ce dont j’ai envie là maintenant ,ce dont j’ai besoin pour être « heureuse »….  enfin , encore faudra t il que je sorte de mes adipocytes sur fond outremer .

 

Nicht Noch Sein : moi cela me suffit.

c’est arrivé tout seul…

j’ai peint cette toile au cœur de la série du deuil.en fait, j’avais une furieuse envie de peindre mais je me posais la question du sujet.Alors,j’ai tout « lâché »,et c’est « ça « qui est sorti.C’est la matrice fondatrice de mon travail des années 90 ;cette sorte de coulure de lave,organisme mou ,du corps (glauque et suintant) de toute manière,plus vu de l’intérieur que de la peau.Pourtant,l’intérieur du corps n’est pas très coloré,je dirais même gris,si l’on fait abstraction du sang….

20623_c_est_arrive_tout_seulJe me relis là et… j’ai un peu envie de rire .Pourquoi? Parce qu’il y a  vraiment un lien entre peindre ,chier et vivre .Quand je dis de manière naïve   : « j’avais une furieuse envie de peindre ….et puis j’ai lâché « ça »…… »C’est d’une telle évidence .Il est clair que quand j’écrivais ces articles dans artistikkkbranleta le blog de la folle , je ne me relisais jamais ,j’écrivais dans l’urgence ,jouissant d’un médium nouveau de communication,donnant beaucoup trop de moi sans réfléchir.Mais il n’y a pas de place dans ma vie pour les regrets.Ce serait maintenant je ne m’ouvrirais pas de la même manière mais bon j’ai un tempérament généreux ,je ne calcule pas.

Comment vous dire ,comment vous faire comprendre (parce que c’est bien le but de ma présence ici ),j’ai abandonné l’idée d’être « découverte » , »choisie », « élue » par un grand mécène japonais ,ça y est je grandis un peu ,je n’attends plus le prince charmant  .Par contre, parler de l’acte de peindre ,de faire , je pense que cela peut intéresser quelques lecteurs.Cette toile a été peinte dans des circonstances dramatiques.C’était l’automne 1994 ,je venais d’apprendre le décès de mon Père en Cote d’Ivoire…loin de moi.Je l’attendais depuis…30ans ce Père charismatique ,ombrageux ,beau ,brillant grand absent de ma vie.Sa mort fut pour moi comme un cataclysme ,une perte irréparable ,absolue ; je suis physiquement tombée malade très gravement , je voulais sérieusement le rejoindre et puis…..le Rêve est venu (article « le rève fondateur » dans ce blog) ,je me suis redressée.J’ai décidé de continuer le combat.Ce combat  ne pouvait se faire qu’avec mes seules armes :les pinceaux ,et moi qui peignait des « belles images « depuis ma jeunesse  .J’ai abandonné toute forme  de décision ,j’ai plongé en eau trouble ,sans savoir si j’allais m’en sortir, cette série du deuil est née ainsi ,ma première série ,digne de ce nom.je les ai tous ces tableaux ( peints sur bois sur vieux cartons ,la plupart en mauvais état de conservation avec tous mes déménagement )…. Je ne les ai jamais exposés ,pour quoi faire ? je ne peux les vendre ces tableaux maladroits ,ternes mais emplis de toute ma substance ,de toute mon envie de vivre malgré TOUT .Celui ci en particulier , »c’est arrivé tout seul »…quitte le champ du figuratif, du narratif ,de l’esthétique pour me faire pénétrer dans les méandres de mon cerveau droit,de mon empreinte génétique ,de mes racines enfouies,de mes peurs ,de mes dégouts ,de mon perpétuel questionnement sur la Vie .j’ai mis beaucoup de temps à le faire ce tableau blafard,c’est mon gros bébé laid et taciturne ,comme je l’aime.il m’a tellement apporté que je continue encore aujourd’hui à peindre à partir de cette matrice là.(notamment l’interminable série pour mon ami Pixel bleu décédé l’an dernier,et merde ce con )

Fouille ,fouille dans tes viscères Carolina,cherche ,cherche les filaments gluants ,tranche les liens toxiques,tourne autour de l’informe c’est ton domaine.Les marchands du Temple ne sont pas près de te voir parce que tu travailles l’invisible ,l’indicible.

Mais ….tu n’es pas seule.

Femme,corps

de la série « kitchen paintings »,un tableau sur bois,acryliques,et vernis.2007. thème tant aimé:le corps;le corps féminin,mon corps .

25985_femme_corps

Il fait chaud , bien à l’abri dans l’atelier , j’ai pioché ce travail qui ne m’appartient plus .Je l’ai offert à Émilie.il convient bien à ce jour d’ombres et de lumière.

Nous pourrions convoquer la représentation du corps féminin qui m’obsède depuis longtemps mais que j’ai abandonnée au profit de l’invention de corps,improbables, multiforme,asexués,mes bitteballerina,nicht ,noch sein ,qui va dans le sens d’une peur de la représentation de ce qui existe,de mon envie de liberté ,de ma fascination pour le monstre en soi.Malgré tout ,le corps continue de me tenailler ,de m’empoigner la tripe ,il est là toujours ,je suis un corps .Quelle relation avez vous avec votre première maison,votre havre ou votre enfer? Quelle relation avez vous avec le corps de l’Autre ,des autres ,de la foule ce grand corps amorphe et parfois hystérique qui moi ,me terrorise;le corpus ,l’objet…..Au Japon ,il y a très peu de représentation du corps dans son entier et pourquoi ?Et qu’indique cette obsession du corps parfait ,lisse ,sans poil ,en creux,dominé,asservi qui peuple nos magazines ,hantent la tète des petites filles (la mienne m’a dit détester ses cuisses qu’elle trouve  : »grosses et répugnantes « ,elle a neuf ans….).Toutes ces questions……J’ai faim!

Je suis partie en vacances à Biscarosse entre mer et lacs d’eau douce.cela faisait longtemps que cela n’était pas arrivé et j’en ai vu des corps , presque nus .J’aime décidément les corps pour ce qu’ils sont,les bourrelets,les petits ventres d’enfants,les poils qui s’échappent,les peaux de toutes nuances,tartinées d’ huile solaire,ensablées ;Mais je me suis éloignée de ma vieille attirance pour la première fois…. : j’ai dessiné sur le motif des pins aux troncs mauves dans la lumière  enflammée de fin de journée ,j’ai essayé de capter l’âme des lieux,la structure presque géométrique ,de ces landes que j’affectionne ou j’aimerais finir mes jours,chauffer mes « vieux » os (ce vœu date de 1986 ,un jour  avec mes potes on est partis boire du blanc et bouffer des huitres à Gujean- Mestras ,je leur ai dit ça ,ils m’ont traitée de pauvre folle :penser à ses vieux jours pendant ces folles années ,c’était presque….provocateur et risible , mais je n’ai pas peur du ridicule et je suis tenace dans mes désirs,très tenace).Oui , il se passe vraiment des choses dans ma vie d’embryon d’artiste,dessiner est pour moi difficile ,cerner le trait ,le contour des choses,discriminer,tracer; et j’y suis arrivé ,même si ces quelques croquis ne valent pas un kopek ,pour moi ils signifient l’espoir,l’ouverture,le renouveau ,l’enchantement devant le monde(c’est beau un paysage….c’est une fenêtre ouverte…..) je n’ai pas fini avec tout ça,les perspectives s’étirent à l’infini ,nicht ,noch sein…..nicht noch sein,le plus longtemps possible!