2015 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2015 de ce blog.

En voici un extrait :

Un tramway de San Francisco peut contenir 60 personnes. Ce blog a été visité 1 200 fois en 2015. S’il était un de ces tramways, il aurait dû faire à peu près 20 voyages pour transporter tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publicités

Amourette?

« De ses chairs molles, j’ai taillé un quartier avec ma belle cisaille, j’ai ri aux éclats et je me suis sauvée ».

Le 17/03/2011 à 14:27 sur le blog kamera obskura, Arte.

 

En ce moment je reprends cette série numérique faite entre 2009  et 2011 pour le blog kamera obskura sur Arte.Je savais bien que ces boulots serviraient à autre chose qu’illustrer des posts… Je prends un grand plaisir à projeter en grand sur le papier ces images, je trace leurs contours au crayon puis je repasse sur ces contours un cerne noir ,j’établis une ambiance colorée de manière libre puis j’éteins le vidéoprojecteur et je me lance.Encore une nouvelle manière de procéder en me servant de traits anciens faits avec la tablette graphique(donc avec ma main libre de faire ce qu’elle voulait), le changement d’échelle apporte quelque chose qui me fait sourire je n’arriverai jamais à vraiment grandir bon sang.Travailler avec ce « pattern » est rassurant et libérateur ,il y a forcément des formes nouvelles qui émergent comme si le dessin numérique explosait sur le support tangible, il passe du statut d’image éthérée à celui de tableau unique concret il entre dans le réel. Ce système de poupées russes me convient et j’ai des idées qui fusent en pleine nuit à ce sujet, je me fais violence pour ne pas me relever!

J’imagine déjà l’exposition des deux voir trois versions d’un même fichier numérique celui ci flottant comme un ectoplasme sur le mur blanc du lieu d’exposition accompagné d’une voix grave la mienne créant du coup un espace d’art total ou le spectateur pourra s’immerger complètement.Je parle au futur ,proche ou lointain cela n’a pas d’importance,j’aime m’imaginer ce que sera demain tout en travaillant aujourd’hui…

C’est  pas grand-chose ,c’est ce que j’ai à offrir au Monde….

106750_mollmom

Zabou et moi

Cet été j’étais épuisée et exaltée par mon travail quand Zabou une amie  de longue date me propose de venir à Langon étant de passage sur Bordeaux;J’acquièse avec un grand plaisir et un petit fond d’angoisse tout de même (une rencontre  est toujours stressante pour moi ).

Petit retour en arrière, nous sommes dans les années 90 j’habite la région parisienne et je me sens seule, très seule…Jeune mariée, jeune prof non titularisée je suis insatisfaite de la tournure que prend ma vie sans « peinture » sans création.Un nouveau magazine sort en kiosque « Nova magazine » vraiment représentatif de l’époque épique que furent ces années que l’on qualifie de « grunge » aujourd’hui.J’achète le magazine et décide d’envoyer une petite annonce : »artiste esseulée cherche autres artistes pour discuter ,refaire le monde si affinités… » ce ne sont pas les termes exacts mais en gros c’était ça.J’ai reçu beaucoup d’appels, certains n’ont débouché sur rien ,d’autres sur des rendez vous chaleureux ou stériles avec bien sur quelques propositions « indécentes » mais pas tant que ça…Zabou m’a appelé pour me proposer de venir à une réunion des « loukoums rebelles » afin de découvrir leurs projets et pourquoi pas faire partie de leur combo féminin .J’ai sauté sur l’occasion, nous nous sommes rencontrées dans un petit théâtre pour voir un spectacle dans lequel La grande Sophie (qui n’était alors qu’une chanteuse à la voix déjà flamboyante mais encore inconnue et loukoum rebelle) chantait.J’ai été convaincue par le projet inspirant ,dynamique ,féminin ,foutraque ,créatif….Quel bonheur que cette rencontre et les suites qui lui ont été données ! Je crois que je n’ai jamais remercié Zabou d’avoir répondu à cette annonce « bouteille à la mer » que j’avais lancé.Aujourd’hui c’est dit c’est fait : »merci ma Zabou » de m’avoir ouvert la porte de votre monde, cela a transformé ma vie…

Tout ne fut pas facile, les réunions se passaient dans un bar près de République ,j’étais abstinente d’alcool depuis pas longtemps et je voyais les autres descendre leurs demis avec nonchalance.Mais ce n’était pas un rendez vous pour picoler,chacun développait ses idées, afin de construire les fêtes saisonnières que nous organisions, écrire les articles pour la « bèta » notre fanzine.Je rentrais très fatiguée (moi je prenais le train pour retourner en banlieue avec le boulot en collège le lendemain).Je rentrais souvent énervée de ne pas avoir pu exprimer mes idées comme je le voulais par timidité ,cette timidité dévorante qui m’a toujours empêchée de vivre tranquille et qui rend chaque échange réel avec les autres si pénible.Et puis les années 90 sont des années de lutte contre la maladie sans médicaments avec la mort en ligne de mire présente à chaque instant (comment partager ça avec les autres ,je n’y arrivais pas ou très mal,cela me coupait du monde un peu plus). Mais Zabou m’avait contactée ,elle m’avait tendu la main et je ne pouvais revenir en arrière.

La suite? Nous avons exposé ensembles au bar lesbien ‘les scandaleuses  » dans le Marais , nous avons partagé un magnifique atelier loft dans ce squat mythique de Belleville ,le lycée Diderot dit « Pole Pie », nous avons vécu des fêtes superbes colorées avec les Loukoums dans des lieux parisiens (tel que « l’archipel  » ou le « fahrenheit ») et ailleurs ,en Bretagne notamment.Puis Zabou a tracé sa route ,elle est partie avec un camion a tout quitté pour la vie « d’artiste ».Pour ma part  j’ai continué à travailler j’ai passé le Capes un peu déchirée entre l’envie de vivre à cent pour cent la vie de bohème et celle de gagner ma vie pour garder la tète droite malgré la maladie et pouvoir me soigner, j’avais besoin de sécurité.

Nous nous sommes retrouvées par facebook et nous avons retissé les liens. L’une et l’autre avions mûri, avions cheminé sans lâcher l’essentiel : la création, quel bonheur. Aussi lorsqu’elle m’a proposée de venir me voir j’étais super heureuse malgré les appréhensions d’usage; Nous avons convenu d’une date en juillet. Je suis allée la chercher à la gare, le train est arrivé à l’heure, j’ai regardé les passagers descendre ,la boule au ventre ( c’était amusant parce que j’étais émue comme lors d’un premier rendez vous amoureux!), et elle est apparue, toute menue , gracile dans une robe de coton à joli motif un peu ancien, les cheveux courts légèrement en bataille, le même sourire vrai, les même yeux fendus de chat malicieux.

« tu n’as pas changé!!!……Toi non plus » et nous nous sommes fait une grosse bise avec étreinte solide des deux bras.Après…Nous sommes allées à la maison, je pensais lui faire visiter mon jardin que j’adore mais nous sommes restées deux voir trois bonnes heures enfermées dans mon bureau atelier à parler,parler…de quoi? Un peu de nos vies, du passé mais surtout de ce qui nous animent toute deux avec la même force, nous avons causé de peinture en regardant son énorme « book » sous forme de livre et mes dessins quotidiens.Le temps a filé si vite ,nous avons juste bu un verre d’orangeade dans un grand verre car il faisait chaud, assises l’une en face de l’autre observant avec attention soutenue les travaux de « l’autre », tout ça assaisonné d’anecdotes vécues, de nos douleurs présentes ou passées, de considérations sur l’art, le corps, le féminin, le vert, les grenouilles, l’abstraction vs le figuratif emmêlant nos propres vies à nos traits de pinceaux.

C’était bien ,mieux extraordinaire, adorable, enrichissant. Et puis ce fut l’heure du train et nous nous sommes quittées ne se promettant rien : la vie sait ce qu’elle a à faire et il est certain que nos chemins se recroiseront.

Il se trouve…..Que je n’ai pas beaucoup de force en ce moment et que je me protège en étant plus discrète qu’à l’accoutumée….Mais j’ai en moi ,les mots de Zabou ,ses merveilleuses couleurs rutilantes brillantes ,expressives et singulières, j’ai son regard bienveillant, ses doutes aussi sur notre passion si forte et si difficile à vivre parfois.

Nous sommes accrochées solidement à cette cordée commune et aujourd’hui mes mots résonnent encore plus fort, oui

plus forts.

travail en techniques mixtes que j’ai trouvé posé sur mon bureau à l’atelier de Belleville fait par Zabou pour mon trente quatrième anniversaire !….1997.
IMG_4593

autoportrait.2

Je n’ai pas de mots qui sortent de la bouche.

Je suis rentrée dans mon hiver, dans la grotte profonde de l’ogresse, dans une période de travail et de solitude. La solitude je la connais, elle fait intiment partie de moi, de mes cellules. Nous devons tous s’y confronter un jour ou l’autre et même,  ne plus compter sur « l’autre », celui qu’on prenait pour l’alter ego. Il n’y a pas d’alter ego il n’y a que soi.

Le regard interrogateur et câlin  que je posais si souvent sur moi-même à travers la cérémonie du miroir n’est plus, à quoi bon faire le détail systématique des traces provoquées par le Temps?  Du temps qui passe j’en ai déjà parlé ici et ailleurs… Il vous dépouille tranquillement et vous laisse sur le sol face à vos contradictions, vos erreurs, vos peines.Le Temps fut très longtemps un ennemi pour moi, contre lequel je luttais (encore une année de gagnée sur..) tant et plus que je suis arrivée à 52 ans sans m’en être rendue compte et de l’automne d’une vie que je ne croyais jamais connaitre à grande vitesse je m’approche.Je suis prête finalement car de mon enveloppe corporelle qui fut désirée, malaxée, aimée je me détache sans encombre .Ouf je ne serai donc pas ce genre de femme qui ne savent ni ne peuvent  vieillir sans souffrir courant sans fin contre le ravage des années, qui marque son empreinte sur le visage sur le corps, de manière impitoyable mais… juste. Mieux vaut plier comme le roseau et accepter l’inéluctable, en essayant de changer de rôle, en essayant de changer de point de vue.Finalement ce n’est pas si difficile.

C’est ce que j’ai cherché à évoquer avec cet autoportrait qui s’enfonce au plus vif de la chair apparente et fuyante jusqu’aux traces que j’ai laissé sur la « toile » , mes mots s’impriment sur la peau fragmentée, tachée de noir comme les évocations du néant qui parfois m’envahissent, tachée de lumière celle que je recueille dans mon isolement, dans le silence de la création quotidienne, acharnée. Non je n’arrêterai pas de dessiner,d’écrire ,de coudre ,de rêver et de peindre. J’aime de plus en plus mes mains qui fidèles ouvrières sont toujours là pour répondre à mes demandes. Elles s’activent parfois douloureuses et un peu « tordues » comme de vieilles branches, qu’importe : elles sont mon trésor.

Je ne dirai plus : »regardez moi » mais….

…..regardez juste un peu ce que je fais.BIB

 

Réparation

Il y a une chose positive qui me restera de cette exposition avortée c’est le fait que j’ai ressorti tous les travaux en ma possession, que j’ai tout noté sur une feuille en décrivant les peintures en les nommant,en les datant. Un vrai travail d’archivage fastidieux mais extrêmement fructueux car il m’a permis de prendre du recul face à son propre travail ,construire des ponts ,faire les liens, se rendre compte des thèmes récurrents, voir obsessionnels qui animent mon « œuvre ». Je me suis rendue compte de l’état lamentable de certains boulots qui ont mal supporté les différents déménagements (je ne reste rarement plus de six à huit ans dans un lieu  , quelque chose me pousse irrésistiblement en avant, ailleurs, plus loin, plus près de l’océan devant lequel je voudrai finir mes jours et mourir. Je me suis rendue compte également du peu d’investissement de ma part dans la présentation des travaux.Tout a été fait « à l’arrache » volontairement oui mais inconsciemment pour ne pas aller au bout du processus de création : montrer son travail.Pour l’exposer il faut le rendre « montrable « justement, et moi je ne l’ai jamais mis en valeur, préférant user de supports tirés du rebut, de la rue, des poubelles.Travailler sur des matériaux indignes, abandonnés, mal coupés, mal finis afin qu’ils deviennent des œuvres d’art, faire jaillir la beauté le raffinement d’un débris c’était mon objectif et c’est aussi une métaphore qui répond à la façon dont j’envisage ma personne : invisible, sans importance je suis celle qu’on abandonne sur le bord du chemin et je n’ai pas de larmes qui sortent des yeux je reste silencieuse en attendant que quelqu’un me voit enfin, à ma juste valeur ?

Je suis un petit soldat au garde à vous et malgré la peine qui me transperce en ce moment je lutte contre la dépression en continuant à travailler justement sur cette question de la présentation. J’ai sorti tous mes travaux et je les rafistole, dans le but de pouvoir les montrer quand cela sera possible; je fais des gestes nouveaux pour moi, des actions que je croyais incapable de mener ,maniant la scie, la pâte à bois ,le papier de verre.Un fois de plus je me rends compte que ma mère a eu une influence néfaste sur mon comportement en ne me faisant jamais confiance, en ne me laissant pas toucher à la boite à outil, en me persuadant que j’étais INCAPABLE de m’exercer sur le terrain des réalisations concrètes. Le fameux bricolage qui m’a toujours fascinée quand j’allais fouiner dans le grand garage de mon arrière grand père, son établi, cette odeur de graisse je l’ai encore dans le nez et les multiples outils accrochés au mur comme des trophées m’enchantaient.Les pots de confiture recyclés en pots à clous étaient rangés avec rigueur. J’adorais cette ambiance masculine poussiéreuse et rassurante. Mais moi j’étais dédiée aux réalisations intellectuelles ,abstraites comme c’est réducteur et comme c’est loin finalement de mon tempérament de camionneuse enfoui… ! Après le bac je voulais faire des études pour réaliser des objets, des chaussures je rêvais de design en fait  mais ma mère a refusé, j’en rêve encore…

Dans le même temps je commence une grande série qui s’intitule « réparation » justement. En posant les couleurs je réfléchis et j’ai trouvé que c’était signifiant, constructif ce terme de réparation, celle des mes anciens tableaux et aussi celle de mon âme blessée, je me suis sentie trahie par ce type infect et travailler semble la seule manière de reprendre la main.De plus je ne suis pas insensible à ce qui se passe sur cette Terre, je suis peintre alors j’essaie dans mon coin de contribuer à un nouvel ordre du Monde en créant de l’harmonie à l’aide de mes couleurs, c’est tout le projet du Mandala, j’y puise la force et des réponse à mes questions existentielles. Je me moque des rires sarcastiques…Il y a dans cette réparation du rouge de VeniseIMG_4325, du vert de vessie, du blanc, du noir, du bleu outremer, du rouge garance, de l’orangé, il y a mes formes récurrentes (en cela le dessin quotidien a permis de bien définir ce que j’avais envie de tracer, de montrer), il y a mes thèmes de prédilection que je dessine depuis tellement de temps que je pourrai le faire les yeux fermés, la confrontation des êtres, les cellules, des grilles et des points, des non formes qui se répètent en « all over ». Il n’y a surtout pas de centre, ni point de fuite on peut entrer de toute part dans mes tableaux et chaque partie forme le Tout.

Avec mes couleurs  ,j’affronte le vide et repousse mes angoisses indicibles vers le néant.

monsieur B et mister Bop

Je pelais des betteraves du jardin hier, elles avaient cuit à la vapeur une bonne heure ,rose shocking, une odeur de terre sensuelle…Comme toujours lorsque je fais quelque chose de concret mes pensées voguaient dans des zones informes, nuageuses.Je me suis dit coupant en tranches fines les légumes juteux, qu’il fallait que je termine cet épisode malheureux( les rêves d’outremer) par un texte qui me rendrait la légèreté ,mon optimisme désespéré.

Alors je commence par le début. C’était il y a 4 ans, j’allais régulièrement à Bordeaux pour voir une thérapeute assez….atypique kinésiologue, ostéopathe, et d’autres choses moins catholiques.De cette thérapie échevelée et mystique je suis sortie épuisée ,amaigrie mais « mieux » croyez moi je ne suis pas masochiste ni suffisamment faible pour tomber entre les mains d’un gourou même femelle! J’ai été puisée mes forces dans des zones lointaines qui me semblaient inaccessibles.C’est à ce moment que j’ai commencé à m’intéresser au chamanisme ,aux lois de la Nature j’y ai laissé dix kilos de petite graisse médicamenteuse .Je ne sais pas ou j’ai été les chercher…Avant mon rendez vous mensuel j’avais pour habitude d’aller avaler une merde au macdo du coin de la rue sainte Catherine, mais ce jour là (un jour d’hiver glacial) j’ai décidé de manger un bon bol de soupe brulante au fast-food chinois de la place saint Projet. En fin de repas, avant de retourner dans le froid j’ai sorti un bouquin (impossible de me souvenir du titre c’était sur le thème des relations entre les hommes et les femmes mais ce n’était pas le best-seller « mars et vénus »…j’ai mes limites en psychologie de bazar.) J ‘étais complètement prise par ma lecture, par mes rêve, un homme d’age un peu plus que mur est venu s’assoir en face de moi, j’ai relevé la tète surprise et pas vraiment enchantée:  je déteste les dragueurs de fastfood chinois, je déteste qu’on me dérange quand je lis. Je croyais que mon armure d’invisibilité était suffisamment au point,ce jour là il faut croire que non. Ce monsieur que nous nommerons Monsieur B fut affable, pas trop lourd, il a attaqué juste là ou je baignais cette année là : dans le  grand lac mystique.Il était bavard, possédait une voix jeune par rapport à son physique,il m’a parlé d’un tas de trucs dont je ne me souviens plus son débit était rapide j’étais fascinée par les colliers en or qu’il arborait sur son pull d’hiver en laine, je me souviens surtout de son discours sur les hommes, sur les femmes combien les hommes étaient faibles, machos,nuls combien les femmes étaient fortes, belles ,inspirantes et  meilleures que les hommes (en voix off je me marrais bien je connais trop bien ces types qui disent adoooorer les Femmes en dénigrant leur propre sexe, je m’en méfie et ne crois pas un instant ce discours grossier et simpliste) mais j’écoutais poliment, amusée de parler à un inconnu, c’était sans importance léger comme des nouilles chinoises baignant dans leur jus pale.Je lui ai parlé de ma quête artistique ,toute ma vie bla bla et il a voulu avoir l’adresse de mon blog, à l’époque je m’étais inscrite pour un concours avec Arte je lui ai proposé ce lien pour qu’il puisse voir mon travail.Il m’a dit qu’il était ostéopathe en Guadeloupe(il se trouve que ce n’est pas le métier affiché avec le résultat de l’enquête googueule de mon Chéridoux ….Qu’il avait de l’influence(???) et voulait me faire exposer là-bas(en voix off, oui c’est ça et mon père c’est Nelson Mandela )….J’avais rendez vous je suis partie intriguée, j’ai dit intriguée pas séduite.Cela faisait écho à ce que me servait comme sauce ma thérapeute: les signes, le cosmos tout ça, la Guadeloupe pourquoi pas…Quelques mails ont été échangé puis Francis a commencé à voir rouge ,il est jaloux mon amoureux :- » mais qui c’est ce type qui veut te faire exposer en Guadeloupe? Hein c’est quoi cette histoire? »

Silence total de Monsieur B pendant 3 ans, oubli de ce Monsieur dans les limbes de ma mémoire cosmique.

Septembre 2014, je reçois un mail fort intriguant, par le biais d’un des blogs ou l’on peut me contacter. C’est un autre Monsieur, nous l’appellerons Mister Bop; ce Mister Bop affichedit qu’il aime beaucoup mon travail et voudrait me faire exposer…en Guadeloupe, il tient une galerie associative; je ne  réponds pas tout de suite,et de manière laconique méfiante.Je suis étonnée tout de même, un peu flattée aussi, je ne vais pas vous mentir.J’en parle à mon conjoint qui grogne un -« encore la Guadeloupe ,c’est pas vrai c’est qui ce mec, un rasta ? » Je suis vexée de ne pas susciter l’enthousiasme, je me referme comme une huître snob. Les mois passent , je renâcle à donner des infos, je n’ai pas vraiment confiance et puis, je reçois un mail de Monsieur B qui me dit :-« c’est moi tu te souviens ,c’est moi qui suis derrière « le projet  » avec mon association culturelle tu peux foncer », »Je ne t’ai plus donné de nouvelles car j’avais une expo pour toi il y a quelques années hélas c’était un arnaqueur je ne voulais pas t’embarquer dans quelque chose qui puisse te porter tort, mais cette fois-ci j’ai confiance tu peux venir en toute sécurité »….Bon dieu je suis moins dans le champs mystique ces temps ci ,d’accord je pratique l’abstraction méditative, les signes qui m’intéressent sont ceux que je trace patiemment tous les soirs sur le papier…Tout de même c’est fort. Je tombe des nues. Je fonce comme un bélier de mars, ça ne peut être que le destin, je tiens le bon bout après toutes ces décennies de travail ,de questionnement,de peurs,de désespoir,de découragement…L’enthousiasme m’envahit et comme ce n’est pas souvent je perds certainement un part de mon discernement naturel un peu comme quand on tombe amoureux, c’est génial.

La suite ? Je me mets à travailler sur le projet, je trouve le culot d’écrire à ma hiérarchie pour avoir un congé extraordinaire afin de partir au vernissage de mon exposition début septembre, les dessins s’accumulent, les mails se succèdent montrant des incohérences, des choses que je ne veux pas voir et je crois toujours que c’est monsieur B qui pilote l’avion, ce qui n’est pas le cas du tout…..J’ai confiance en cet homme j’ai eu tort je le reconnais aujourd’hui. Francis me met en garde de manière maladroite en m’imaginant mule de la drogue, enlevée par des indépendantistes (ma voix off me dit que Francis commence vraiment à me  pomper l’air pour rester polie), je préfère en rire mais finalement ce discours anxiogène produit son effet sur le long terme comme une infection virale à retardement.

La semaine dernière, coup de théâtre d’une pièce de vaudeville finalement assez succulente (moins que mes chips de betteraves du jardin servies avec des travers de porc grillé ,un régal).Mister Bop s’est beaucoup investi, a trouvé des sponsors pour payer mon voyage; une chambre d’hôtel magnifique m’attend, une voiture avec chauffeur ….Je caresse mon rêve avec précaution comme si je tenais une bombe qui allait péter d’un moment à l’autre.Boum, ça arrive… Monsieur B m’envoie un mail laconique qui dit en substance de le rappeler au plus vite (j’ai de la sueur entre les omoplates et ce n’est pas à cause de la chaleur). Ce coup de fil je m’en rappellerais  toute ma vie ,mon rêve doré s’écroule sur pièce :

-« et donc nous avons décidé de nous désengager du projet »…

Ils (les personnes de l’association de monsieur B) ont lâché l’affaire, ils ont laissé travailler Mister Bop qui est en vrai pragmatique, a pris le contrôle total dans l’histoire, monsieur B me dit des trucs vraiment pas smart sur Mister Bop (tiens son avis a radicalement changé,pourquoi?) ,ces mots je ne les retranscrirai pas…De plus monsieur B débite ses phrases de manière rapide, il en dit trop, sur les « nègres cannibales », (Frantz Fanon utilise ce terme mais au second degré justement pour en montrer le mécanisme de la haine de soi, thème récurrent chez les antillais, je ne vais pas développer ici ,je vous conseille de lire « peau noire ,masques blancs » ) . Monsieur B dit que nous les métis sauveurs du monde (pour rappeler les termes de la conférence à laquelle je devais assister?) sommes une sorte d’élite. Je n’entends plus rien qu’un brouhaha, mais j’entends scander ce mot infâme  : »nègre ,nègre ,nègre cannibale » ,je pense à mon Père que je respecte infiniment, à ce continent affligé par de multiples plaies aux cours des siècles.Ce » petit blanc »(allez je me mets au niveau!) m’insulte, il insulte l’homme dans sa globalité car nous sommes tous nègres, nous sommes tous métis (merci Alain Giorgetti mon ami d’avoir éclairé ma lanterne!),c’est ce que j’étais entrain d’écrire dans mon texte de préparation à la conférence, complètement à l’opposé de cet horrible discours élitiste qui était sensé me flatter…Je suppose, comme  devait me séduire la théorie douteuse sur la prétendue supériorité des femmes, merveilles de la nature ….Tout s’éclaira, non :tout devint obscur, lourd, gras dans ma tète. J’avais envie de vomir. J’ai quand même trouvé l’énergie de lui dire qu’il insultait mon père qui était noir. Après j’ai cessé d’écouter,  j’avais pris ma décision : ne pas m’engager plus avant dans ce guêpier. En tant que mère, en tant que malade, en tant que moi tout court au risque de vexer et d’anéantir le travail de Mister Bop qui me semble bien être le dindon de la farce dans cette histoire burlesque et ridicule.

J’espère avoir pris la décision la plus sage ,la plus réfléchie même si mon deuxième moi « punk not dead » me traite de lâche.Le monde est grand j’aimerais bien exposer en Ariège
….par exemple.

ILE3

Rêves d’outremer…

Outremer : au-delà des mers selon un pays défini par exemple la France. C’est le titre que j’avais choisi pour l’exposition que je devais faire à Basse Terre en Guadeloupe au mois de Septembre….J’en ai parlé à mots couverts ici et là sans trop oser dévoiler le projet, il se trouve que je suis superstitieuse. Hélas la superstition n’aura pas suffi à offrir de bons augures à ce chimérique projet. Je peux en parler maintenant  : je n’irai pas au delà de l’Atlantique dans ces iles qui font tant rêver….Les autres.

Pour ma part je suis plus attirée par la Mongolie ,les steppes arides, les landes irlandaises , l’archipel japonais.Tout de même, je n’allais pas cracher sur un si beau projet qui m’a tout d’abord semblé incroyable (je ne mérite pas ça ,moi) qui m’a ensuite occupée près de six mois ,faits de rêveries ,de travail acharné tous les soirs et vers la fin la journée, lorsque l’année scolaire chargée pour moi s’est terminée.Un projet d’envergure avec lequel je devais exposer « moi toute seule » en galerie, une jolie galerie aux murs blancs juste grande comme je cherchais depuis longtemps.un projet mirifique dans lequel j’aurais  fait une intervention pédagogique en milieu scolaire avec des élèves de primaire (j’avais déjà en tète, mon discours sur l’art et sur le fait que nous pouvons tous créer,  pratiquer avec passion pour exprimer nos joies ,nos peines, montrer aux enfants qu’on pouvait peindre avec tout et presque rien, se faire plaisir, se faire du bien que l’on soit riche ou pauvre car nous sommes égaux….j’espérais secrètement qu’il s’agirait non pas d’écoles « de riches « (ces enfants là en France ou en Guadeloupe sont blasés, contrairement aux enfants pauvres des quartiers dits »défavorisés » qui prennent ce qu’on leur offre avec faim ,c’est cette faim qui m’intéresse ,celle du gout de la vie, de s’en sortir et vivre debout)… Un projet qui devait enfin me mettre dans une situation que j’ai déjà vécu une fois à Bruxelles, celle de conférencière (bizarrement je n’avais aucune angoisse à propos de cette intervention au milieu des « miens » ,d’autres artistes ,une historienne de renom dont j’aurais bu les paroles avec avidité: le Paradis sur terre pour une soirée).

Certes, le thème m’a semblé un peu….comment dire « ampoulé »:  « femme métisse ,mère du Monde ». Je me suis dit : -« Et ben ma grande… t’as pas peur du ridicule sur ce coup là! « Ceux qui viennent ici régulièrement me connaissent et savent que je ne suis pas imbue de moi-même, que j’essaie toujours de relativiser ,changer de point de vue pour élargir ma compréhension ,ils savent aussi tout ce que j’ai pu endurer enfant ,adolescente et jeune adulte.Ce qui me rend fragile sous la carapace Ka, ce qui me rend méfiante et parfois si triste à en mourir. Pouvais je vraiment croire à un si beau projet , « vraiment »? Je suis plus habitué aux désillusions, aux bagarres de la vie, aux coups du sort, aux abandons.

Abandon

Et bien voilà ,c’est fait, la semaine dernière alors que je nageais dans mes grands formats à vernir ,à maroufler ,à encadrer (ma mère devait venir pour m’aider tellement je me sentais dépassée, sur le thème de l’art on s’entend avec ma mère ,c’est même le seul sujet d’accord possible entre nous).Alors que je prenais des tonnes de notes  pour la conférence, lisait des livres dédiés, étudiait  la condition des esclaves noirs, mes « frères » de sang. Coup de fil dont je me souviendrai longtemps , coup de téléphone funeste qui mit fin à mes « rêves  » d’outremer (ce titre résonne comme une prophétie): « nous nous désengageons du projet »,…..je ne citerai pas de nom à quoi bon franchement et je n’essaierai même pas de vous expliquer les tenants et aboutissants de cette mascarade c’est absolument sans intérêt. Je voudrai juste dire qu’il ne faut jamais croire les gens qui vous flattent ,vous bercent d’illusions grandioses et démesurées ,mais bon sang je le sais pourtant, je ne sors pas de l’œuf. Mon conjoint était très sceptique depuis le début assez rocambolesque cette triste affaire, jusqu’au malentendu final qui lui fit dire d’un ton sarcastique (comme je déteste avoir tort) :

-« tu vois j’avais raison… »

Tout cela serait risible si je ne m’étais pas autant investi dans le projet moralement ,intellectuellement, et surtout physiquement…Je n’ai pas écouté mon corps je suis restée sourde à ses appels désespérés pour que je me calme, j’ai cessé de dormir tellement remplie d’idées, de notes à prendre, de croquis à finir, vite, vite…

Alors j’ai cessé de manger.

Maintenant je paie la note ,heureusement nous sommes  en été je suis en vacances puisque mon métier officiel est professeur.Depuis quelques jours je ne dors plus mais cette fois ci, à cause de la peine, de la honte aussi d’avoir annoncée mon « triomphe » de manière inconsidérée(et d’avoir demandé et obtenu un dérogation extraordinaire de mon recteur), de la colère aussi…. Mais pas trop. Heureusement je suis bien suivie au niveau de la santé physique, au niveau psy et puis j’en ai vu d’autres dans ma chienne de vie; Il y aura encore des projets je l’espère….Moins importants, dont je ne serai pas le centre et tant mieux. J’ai comme l’impression que ce n’est pas ma place : au centre…

Et finalement ,lorsque j’étais entrain d’écrire le texte de présentation sur mon travail j’ai senti comme une faille, un conflit entre ce que je disais de ce que je suis et ce que je crée , ce que je ressens dans ma peinture et ma place dans ce projet. J’y reviendrai bientôt, j’ai tout loisir de reprendre mon travail de cheval de trait maintenant.

La vie est remplie de surprises, de rebondissements improbables; J’en discutais juste avant d’annuler mon départ, avec un ami, Serge Prioul autre forçat de la création et homme sensible que j’apprécie. Le sens qu’on peut donner à tout ça, remettre du vide pour comprendre…La vie est une pièce de théâtre en plusieurs actes, et des scènes différentes dedans.Basse Terre ce n’était qu’une scène, une scène importante certainement dans le sens ou j’aurais investi une énergie vitale très forte dans cette aventure avortée, une scène qui a failli me faire passer de l’ombre à la lumière certes mais qui m’aura surtout rappelée qu’on ne sait jamais rien ,que nous ne sommes rien.

« un grain dans l’univers » proverbe Dogon.

Tu dois cultiver le chemin de l’humilité et du silence.

je reste l’ourse papillon mais je virevolte en silence dans ma grotte ,non ce n’est pas moi qui virevoltesur une ile ce sont mes couleurs qui s’envolent, s’étirent en forme toujours plus simplifiées, toujours plus pures sous mes doigts c’est de cela dont je dois m’occuper.

Me voilà revenue chez moi.

Carolina Diomandé, 26/07/2015

illustration: « sur une ile » série 1 aquarelles et feutres sur papier à grain verni  date: 2013,cette petite peinture a servi pour faire l’affiche de l’exposition «  »dessins,rêves d’Outremer » ma chimère de 2015.

mandala

Je ne viens plus ici, je suis là-bas…Dans des terres lointaines ou je puise la force de donner plus que j’ai. Comme vous le savez depuis maintenant deux bonnes années je pratique la méthode « tu dessineras tous les jours » ,quoiqu’il arrive, dos bloqué ou pas ,jambes raides ou souples, j’avance me donnant parfois l’impression d’être un cheval de trait qui laboure son champs avec obstination jusqu’à la mort, parce qu’il ne sait rien faire d’autre et parce que c’est son destin.

Il faut le dire, maintenant avec le recul (presque trois années ce n’est pas rien), je n’ai rien trouvé de mieux pour accéder à ma création. Je ne crois pas (plus) à l’inspiration qui est sensée nous « visiter » comme la grâce divine !!! Lisez les textes des « grands » tels Cézanne,Dubuffet ,Picasso,et surtout Matisse qui était un travailleur infatigable et que j’admire rien que pour ça ,plus pour tout le reste. Leur premier secret:  un travail acharné…..Maintenant il suffit que je me penche sur mes différents dossiers de dessins bien rangés ,mes croquis numériques (même si je ne les montre plus je continue à en faire) et j’ai de la matière pour trente ans; C’est confortable ,rassurant, c’est harmonique. Il se trouve que ce labeur acharné et solitaire porte de beaux fruits et ça c’est la cerise sur le gâteau (bon ce n’est pas très fin je sais).

Le 04/04/15 j’ai participé à la fête des couleurs « Holi » organisée par une amie qui pratique avec grâce la danse indienne et qui professe aussi son art avec autorité. J’ai tenu l’atelier Mandala ,pas question ici de faire du coloriage ,non….J’avais dessiné la veille un grand mandala au feutre noir sur format 100 cm sur 100 cm, je l’ai dessiné en pleine conscience avec toute mon âme de travailleuse de l’image. Le jour dit je l’ai posé sur une table et j’ai proposé aux personnes qui s’approchaient de venir le mettre en couleur avec moi au moyen de morceaux de papier de soie que nous collions sur le papier blanc…Neuf heures ont passé (vite ,très vite) ,le Mandala a pris vie ,et nous l’avons illuminé avec des petites bougies, faisant un souhait comme cela se pratique en Inde ,la différence étant que ce Mandala n’a pas été dispersé et détruit puisqu’il était fait sur papier. Mais l’intention était là, la tension était grande, mon émotion immense….

MAndala 4 mandala & MAndalaa

crédit photographique : Dominique  Encognere,photographe professionnel qui m’a autorisée à publier ses clichés sur mon blog ,merci Dominique!

A priori j’étais venue « aussi » pour faire une petite exposition et tenter de vendre quelques dessins ,c’était sans compter avec mon point faible : la confiance que je n’arrive pas à m’accorder… J’ai sorti les boulots vers 16H sans prix ,sans affichage ,sur un coin de table ,certains posés à l’envers….Je n’ai rien vendu , comme c’est surprenant! Mais j’ai beaucoup discuté, j’ai fait connaissance de personnes chaleureuses, curieuses….J’ai baigné dans un climat propice à la joie….C’est si rare.

Neuf heures debout… Le résultat ne s’est pas fait attendre: le lendemain j’ai pu me promener en forêt mais, le surlendemain impossible ou presque de mettre un pied devant l’autre ,genoux enflammés et douloureux à l’extrême, avec en plus de cela un retour d’expérience terrible.J’étais comme une éponge molle ,flasque , remplie de larmes jusqu’à l’os ,au bord de la crise de nerfs….Trop donné ,trop reçu…comme une vague immense ,les émotions m’ont submergées et englouties.Heureusement Karine mon amie danseuse est passée dans l’après-midi, en feu follet qu’elle incarne,souriante ,encore sous le coup de cette fête très réussie. La tète dans les étoiles,elle m’a serrée fort dans ses bras et je me suis laissée aller moi qui n’a pas trop connu les câlins ,le portage quand j’étais bébé. J’ai repris vie et maintenant j’envisage fort de renouveler l’expérience, donner aux autres au moins mon sourire, les écouter, guider leurs doigts malhabiles avec les bouts de papier emplis de colle…Il suffit d’un peu de patience, de bienveillance et chacun se prend au jeu, je ne parle pas des enfants qui eux foncent sans hésiter en demandant toutefois la consigne, souvenir de l’école oblige ! Dans mon prochain billet je parlerai de la deuxième très bonne surprise que le sort m’a semble t il réservée pour Septembre (mais j’avoue n’y croire qu’à moitié) ,le père Noel m’a tourné le dos depuis si longtemps…

je finirai par une citation ,ce n’est pas trop mon truc mais là pour préparer le futur événement je m’appuie sur la lecture ,les lectures ,notamment un petit livre de poche « points-vivre » de Fabrice Midal  « petite philosophie des Mandalas » qui va bien au delà du phénomène bouddhiste ,du phénomène de mode (car mode il y a c’est incontestable ,je m’en fous royalement)…

« Ce qui est essentiel dans une oeuvre d’art, c’est qu’elle doit pouvoir s’élever bien au-dessus du domaine personnel et parler depuis l’esprit et le cœur du poète en tant qu’homme, à l’esprit et au cœur de l’humanité.L’aspect personnel est une limitation, et un péché, dans le domaine de l’art » C.GJung. Je ne partage pas la notion de péché que je trouve trop connoté, trop chrétien mais sur le fond je suis d’accord :les grandes œuvres ,celles qui restent qui nous frappent durablement dépassent forcément nos petits égos hypertrophiés….aller voir Mondrian,Kandinsky, Klee, Rothko, Pollock, Matisse et laissez vous porter par ces œuvres immenses et universelles.

Moi je continue jour après jour mes petits dessins qui formeront peut être un jour un grande rivière…

ci-dessous un travail sur kraft « phase critique » n°11 série 3k du 24/03/14, retravaillé malmené puis marouflé sur bois…il était parmi les dessins que j’exposais…

IMG_3491

Fragments,corps

C’est l’un des premiers boulots,que j’ai considéré avec un peu de plaisir.j’ai utilisé comme technique l’acrylique,le pastel gras,le fusain,en guise de pinceaux,des branches d’arbres fines.Ce travail parle de la partie,du tout..Du corps,corps de l’œuvre(un peu malmené, avec des gestes violents j’ai froissé le papier kraft ,scarifications dans le papier avec outils aléatoires).Paris (travail de  prépa au Capes, 1996).

fragments corpsJe ne possède plus ce tableau, je ne l’ai pas vendu je l’ai offert à l’une des thérapeutes qui m’a suivie un moment. Et ce choix n’est pas du tout anodin….La thérapeute en question est psychomotricienne et j’ai fait un beau travail avec elle, j’aurais bien continué mais elle a déménagé à Bordeaux c’est devenu compliqué, la vie… »Fragments corps » ou l’histoire de ma carcasse indocile et morcelée.J’ai longtemps eu l’impression d’avoir mon corps d’un coté et ma tète (lourde ,lourde la tète) de l’autre.Pourtant cela ne peut être qu’une impression parce que mon système nerveux fonctionne parfaitement et si je peux dessiner de manière précise y compris de la main gauche alors que je suis droitière c’est bien que les connexions sont fiables et efficaces.Non je dis ça parce qu’autant avec cette femme jeune brillante et généreuse j’ai accompli un travail porteur et riche autant une ostéopathe que j’ai vu il y a quelques mois m’a cassée « en deux » (si je puis dire!) en me disant sans ambages qu’elle ne sentait pas de lien entre mon corps et ma tète. Elle me l’a dit de manière froide, désagréable et je l’ai ressenti comme un reproche ,comme si j’étais atteinte d’une tare. Que cela venait d’un manque d’effort de ma part, d’une faiblesse.Elle a tapé là ou ça fait mal très mal en moi .Enfant on ne me laissait rien faire parce que j’étais soit disant trop maladroite, on disait en riant que j’avais deux mains gauches et j’étais rongée par l’angoisse dés que quelqu’un me regardait peler un fruit ou tenter d’ouvrir une boite de conserves,  évidemment je le faisais mal. Hors, cette dame connaissait mon enfance pas cet aspect « manque de confiance en mes capacités » mais l’autre, l’obscur celui de la maltraitance physique et des abus que j’ai subi. Je suppose que cette femme sait( en bon ostéopathe digne de ce nom) ce que donnent comme séquelles sur le corps d’un enfant les intrusions ,manipulations d’un adulte malveillant et pervers.Sa réflexion n’avait rien d’horrible en soi mais elle ne l’a pas accompagné d’un conseil bienveillant je n’ai senti aucune empathie de sa part..

Je me vois encore dans ma rue après la séance ,titubante, pleine de vide(oui c’est ça exactement) tellement blessée et déprimée de ne pas avancer dans ma vie (deux ans auparavant elle m’avait fait le même coup et je m’étais promis de ne pas y retourner et puis….). J’ai souvent parlé ici de mes relations aux médecins,aux thérapeutes ,je passe le quart de ma vie avec eux ,certains deviennent presque des amis alors je leur offre des tableaux pour leur laisser quelque chose de…positif, pour signifier que j’ai apprécié leur écoute, leur travail.D’autres font froid dans le dos ,vous jugent ,vous auscultent sans empathie ,comme si vous étiez un dossier incomplet ,un cas qui fâche…D’autant que je ne me laisse pas faire ,ma relation aux médecins est parfois conflictuelle, parce que ce ne sont pas mes « parents » je ne leur dois rien ,je ne les admire pas spécialement bien qu’il puisse m’arriver de le faire, comme cette jeune psychomotricienne que je n’oublierai jamais.

Témoin cette toile qui m’a quittée, je l’aime ce tableau il est exorcisme, geste d’art thérapie: j’ai dessiné et peint des corps séparés de leur tète tout à fait consciente de chacun de mes gestes que j’estime justes pour une fois, ce qui est rare. Je ne serai jamais une athlète de haut niveau en ping-pong certes mais, j’espère continuer à dessiner ,peindre ,modeler, coudre encore très longtemps, ma tète et mon corps en ont besoin.

Petite fille intérieure dite sncf

Un jour, il y a longtemps ma mère a dit à mon amoureux du moment qui se plaignait de mon attitude : »Carolina? elle  n’a pas de cœur. »

Normal : c’est elle même qui me l’a arraché…

heureusement:

Ces petites choses tendres et vibrantes ça repousse.

72336_sncf

Je vois que ce dessin que je retrouve plus (le petit carnet noir a disparu..) date d’un 15 février,date proche d’aujourd’hui;Je sais que j’habitais encore Toulouse et que j’ai fait ce dessin dans le train ,ce vieux TER brinquebalant qui mène de Toulouse à Bayonne en 4 heures!! Je crois me souvenir que j’étais accompagnée de Saskia donc cela devait être en 2007 ou 2008.De toute façon ,cela n’a pas tellement d’importance ….Le texte je l’ai écrit après pour illustrer ce croquis , ce jour là je devais avoir un sacré mal de mère; Nous sommes en 2015 et objectivement rien n’a vraiment changé, je souffre toujours de ce regard maternel, de son ambivalence à mon égard, de ce désir qu’elle a d’être aimée de moi ,désir que je ne  peux satisfaire, j’en ai le droit.L’amour pour une mère n’est pas automatique ni mécanique .

 

Aujourd’hui j’ai envie de parler à cette petite fille intérieure que je tiens entre les deux mains sur mon dessin. Je veux lui dire : »tu as un cœur qui bat très fort ,tu as toujours eu ce cœur de velours frappé cramoisi et garance,précieux, bien enfoui et discret par obligation;Ne te résigne pas à n’être que souffrance,que regrets de choses qui n’adviendront jamais.  Petite…… moi je t’aime .