« ring a bell… » (petite fille intérieure 6)

Noel est passé ,tant mieux. C’est le commentaire écrit  dans mon carnet de croquis.

31071_ring_abellCet article du blog artistikkkmachin date de 2008. Je le réactualise puisque Noël est passé encore une fois et…..tant mieux. Sur ce dessin fait au feutre fin noir avec ajout décisif d’une pastille rouge (noël?) ,j’ai représenté mon portrait  assez ressemblant les jours de grande faiblesse avec ma petite fille intérieure qui sourit  s’étire avec une sorte de geste qui fait coucou, au premier plan un personnage entièrement bandé dont on ne voit qu’un œil démesuré l’autre est minuscule, celui ci aussi sourit. C’est donc un trio. A l’époque je me suis demandé pourquoi j’avais dessiné cette momie incongrue et aussi pourquoi j’avais écrit en lettres dansantes ce début de chant de noël en anglais

Nous sommes fin 2014,pour des raisons qui ne seront pas dévoilées ici j’ai passé un noël très….resserré voir étouffant entre ma mère et ma fille.Nous étions donc trois à cette fête dite familiale, vous me direz c’est mieux qu’être seule….je répondrai que je ne sais pas.

J’y pensais avec angoisse ,je l’ai vécu dans un stress monstrueux drapé dans une fausse joie de façade ,un engouement de circonstance, le seul bon moment  :c’est lorsque nous avons modelé une petite crèche ensembles Saskia et moi. Ce noël restera ancré dans ma mémoire comme un cocktail nauséeux constitué d’un peu de tristesse ,d’un soupçon d’amertume plus une goutte brulante de haine envers celui qui m’a obligée à vivre « ça ».

Le dessin ne représente pas cette réalité là, mais c’est drôle pour moi de faire le parallèle. Saskia n’est pas ma petite fille intérieure,  grand dieu non! Elle est ma grande fille si vivante,à la langue acérée dotée d’une âme  très tendre.

Ma mère n’est pas encore complétement momifiée mais…. je l’avoue par certains aspects je pense qu’elle colle assez bien au personnage, (je me garde un part d’humour sinon j’exploserai en morceaux). Et puis toutes ces marguerites explosives au cœur rouge disent une chose  :

Je fleuris même quand on me croit morte,attention ….

Ohimesama_gokko

 » le corps a sa mémoire, cette mémoire est mon corps.Le mien est libéré, le glaive tombe de lui même, je lui donne mon pardon, puisque c’est son dernier départ….. »
j’ai fait ce dessin automatique le 6 août, donc avant « l’événement »(dont je ne puis vous parler plus clairement par pudeur, par respect) mes dessins hurlent pour moi, devancent les faits.C’est presque assourdissant.

( LAISSEZ VOS MAINS LE FAIRE,ELLES NE SE TROMPENT JAMAIS.)

blog arte 2008

47500_dessinka

Le temps a passé , je n’ai plus de devoir de « réserve » qu’envers moi même…J’ai fait ce dessin automatique à l’encre de chine plus encre de pétales de fleurs en juillet 2008 sans y donner de « sens » particulier. Moins d’un mois après ce croquis mourrait de manière brutale mon beau père, l’un de ceux qui auront détruit ma vie, la possibilité de grandir en paix dans le respect et l’estime de soi. Mais à qui j’avais réussi plus ou moins à « pardonner » ou disons faire la paix  ce qui est plus juste.Je ne l’ai jamais regretté parce que cela ne fut pas un pardon « biblique « forcé, subi mais bien un long cheminement de nos deux consciences avec repentir sincère de sa part….

De plus j’ai vu de mes yeux sa souffrance permanente, ses regrets, son déchirement qui expliquent peut être sa mort « faucheuse »et si violente, je suis de ceux qui pensent que la façon dont on meurt à du sens. Tout ça pour dire que le dessin, en tout cas ce dessin est un acte magique car il précède ,devance mes états d’Âme, mes émotions.

L’œil pense.

Partir….ou survivre à Louise B

mais qui a dit que c’était mourir un peu…..je pars la flamme au cœur,la tète farcie de projets ,de folie et d’ombres familières,tout le tralala qu’on trimballe mais qui semble d’un coup si léger;
Louise,je voulais te dire,tu m’as tellement donné que je n’ai rien pu entreprendre,de ta féminité rayonnante.j’ai courbé l’échine ,portant ton poids d’or et de soie;mon moi,ratatiné,honteux d’oser « moi aussi » malgré toi, m’exposer aux yeux,tu sais :leurs yeux….
maintenant,je relève la tête,ébroue ma chevelure,je peux fondre mon ambre ,qui glisse entre les seins,mon opulence existe ,toi tu existes,j’aimerais poser ma tète sur un coussin brodé,susurrer de mots ,et torpiller ton âme,toi,madame,qui joue gros,bel et bien;je t’aime,m’épanouit dans tes creux,petite fille,porteuse de fruits.
Louise,tu souris? 2008 toulouse

n° 10 série 3BTu peux sourire Louise,  toi dans la baie des anges …….Moi sur terre reprenant la corde,le pinceau ,le feutre exutoire ,je dessine tous les soirs Louise ,tu entends;je ne m’arrêterai plus…..j’espère. 2014 perdue dans le sauternais

dessin aux feutres ,aquarelle et pastels gras;n°10 de la série 3B daté du 05/04/14 bon dieu il est tout frais!