monsieur B et mister Bop

Je pelais des betteraves du jardin hier, elles avaient cuit à la vapeur une bonne heure ,rose shocking, une odeur de terre sensuelle…Comme toujours lorsque je fais quelque chose de concret mes pensées voguaient dans des zones informes, nuageuses.Je me suis dit coupant en tranches fines les légumes juteux, qu’il fallait que je termine cet épisode malheureux( les rêves d’outremer) par un texte qui me rendrait la légèreté ,mon optimisme désespéré.

Alors je commence par le début. C’était il y a 4 ans, j’allais régulièrement à Bordeaux pour voir une thérapeute assez….atypique kinésiologue, ostéopathe, et d’autres choses moins catholiques.De cette thérapie échevelée et mystique je suis sortie épuisée ,amaigrie mais « mieux » croyez moi je ne suis pas masochiste ni suffisamment faible pour tomber entre les mains d’un gourou même femelle! J’ai été puisée mes forces dans des zones lointaines qui me semblaient inaccessibles.C’est à ce moment que j’ai commencé à m’intéresser au chamanisme ,aux lois de la Nature j’y ai laissé dix kilos de petite graisse médicamenteuse .Je ne sais pas ou j’ai été les chercher…Avant mon rendez vous mensuel j’avais pour habitude d’aller avaler une merde au macdo du coin de la rue sainte Catherine, mais ce jour là (un jour d’hiver glacial) j’ai décidé de manger un bon bol de soupe brulante au fast-food chinois de la place saint Projet. En fin de repas, avant de retourner dans le froid j’ai sorti un bouquin (impossible de me souvenir du titre c’était sur le thème des relations entre les hommes et les femmes mais ce n’était pas le best-seller « mars et vénus »…j’ai mes limites en psychologie de bazar.) J ‘étais complètement prise par ma lecture, par mes rêve, un homme d’age un peu plus que mur est venu s’assoir en face de moi, j’ai relevé la tète surprise et pas vraiment enchantée:  je déteste les dragueurs de fastfood chinois, je déteste qu’on me dérange quand je lis. Je croyais que mon armure d’invisibilité était suffisamment au point,ce jour là il faut croire que non. Ce monsieur que nous nommerons Monsieur B fut affable, pas trop lourd, il a attaqué juste là ou je baignais cette année là : dans le  grand lac mystique.Il était bavard, possédait une voix jeune par rapport à son physique,il m’a parlé d’un tas de trucs dont je ne me souviens plus son débit était rapide j’étais fascinée par les colliers en or qu’il arborait sur son pull d’hiver en laine, je me souviens surtout de son discours sur les hommes, sur les femmes combien les hommes étaient faibles, machos,nuls combien les femmes étaient fortes, belles ,inspirantes et  meilleures que les hommes (en voix off je me marrais bien je connais trop bien ces types qui disent adoooorer les Femmes en dénigrant leur propre sexe, je m’en méfie et ne crois pas un instant ce discours grossier et simpliste) mais j’écoutais poliment, amusée de parler à un inconnu, c’était sans importance léger comme des nouilles chinoises baignant dans leur jus pale.Je lui ai parlé de ma quête artistique ,toute ma vie bla bla et il a voulu avoir l’adresse de mon blog, à l’époque je m’étais inscrite pour un concours avec Arte je lui ai proposé ce lien pour qu’il puisse voir mon travail.Il m’a dit qu’il était ostéopathe en Guadeloupe(il se trouve que ce n’est pas le métier affiché avec le résultat de l’enquête googueule de mon Chéridoux ….Qu’il avait de l’influence(???) et voulait me faire exposer là-bas(en voix off, oui c’est ça et mon père c’est Nelson Mandela )….J’avais rendez vous je suis partie intriguée, j’ai dit intriguée pas séduite.Cela faisait écho à ce que me servait comme sauce ma thérapeute: les signes, le cosmos tout ça, la Guadeloupe pourquoi pas…Quelques mails ont été échangé puis Francis a commencé à voir rouge ,il est jaloux mon amoureux :- » mais qui c’est ce type qui veut te faire exposer en Guadeloupe? Hein c’est quoi cette histoire? »

Silence total de Monsieur B pendant 3 ans, oubli de ce Monsieur dans les limbes de ma mémoire cosmique.

Septembre 2014, je reçois un mail fort intriguant, par le biais d’un des blogs ou l’on peut me contacter. C’est un autre Monsieur, nous l’appellerons Mister Bop; ce Mister Bop affichedit qu’il aime beaucoup mon travail et voudrait me faire exposer…en Guadeloupe, il tient une galerie associative; je ne  réponds pas tout de suite,et de manière laconique méfiante.Je suis étonnée tout de même, un peu flattée aussi, je ne vais pas vous mentir.J’en parle à mon conjoint qui grogne un -« encore la Guadeloupe ,c’est pas vrai c’est qui ce mec, un rasta ? » Je suis vexée de ne pas susciter l’enthousiasme, je me referme comme une huître snob. Les mois passent , je renâcle à donner des infos, je n’ai pas vraiment confiance et puis, je reçois un mail de Monsieur B qui me dit :-« c’est moi tu te souviens ,c’est moi qui suis derrière « le projet  » avec mon association culturelle tu peux foncer », »Je ne t’ai plus donné de nouvelles car j’avais une expo pour toi il y a quelques années hélas c’était un arnaqueur je ne voulais pas t’embarquer dans quelque chose qui puisse te porter tort, mais cette fois-ci j’ai confiance tu peux venir en toute sécurité »….Bon dieu je suis moins dans le champs mystique ces temps ci ,d’accord je pratique l’abstraction méditative, les signes qui m’intéressent sont ceux que je trace patiemment tous les soirs sur le papier…Tout de même c’est fort. Je tombe des nues. Je fonce comme un bélier de mars, ça ne peut être que le destin, je tiens le bon bout après toutes ces décennies de travail ,de questionnement,de peurs,de désespoir,de découragement…L’enthousiasme m’envahit et comme ce n’est pas souvent je perds certainement un part de mon discernement naturel un peu comme quand on tombe amoureux, c’est génial.

La suite ? Je me mets à travailler sur le projet, je trouve le culot d’écrire à ma hiérarchie pour avoir un congé extraordinaire afin de partir au vernissage de mon exposition début septembre, les dessins s’accumulent, les mails se succèdent montrant des incohérences, des choses que je ne veux pas voir et je crois toujours que c’est monsieur B qui pilote l’avion, ce qui n’est pas le cas du tout…..J’ai confiance en cet homme j’ai eu tort je le reconnais aujourd’hui. Francis me met en garde de manière maladroite en m’imaginant mule de la drogue, enlevée par des indépendantistes (ma voix off me dit que Francis commence vraiment à me  pomper l’air pour rester polie), je préfère en rire mais finalement ce discours anxiogène produit son effet sur le long terme comme une infection virale à retardement.

La semaine dernière, coup de théâtre d’une pièce de vaudeville finalement assez succulente (moins que mes chips de betteraves du jardin servies avec des travers de porc grillé ,un régal).Mister Bop s’est beaucoup investi, a trouvé des sponsors pour payer mon voyage; une chambre d’hôtel magnifique m’attend, une voiture avec chauffeur ….Je caresse mon rêve avec précaution comme si je tenais une bombe qui allait péter d’un moment à l’autre.Boum, ça arrive… Monsieur B m’envoie un mail laconique qui dit en substance de le rappeler au plus vite (j’ai de la sueur entre les omoplates et ce n’est pas à cause de la chaleur). Ce coup de fil je m’en rappellerais  toute ma vie ,mon rêve doré s’écroule sur pièce :

-« et donc nous avons décidé de nous désengager du projet »…

Ils (les personnes de l’association de monsieur B) ont lâché l’affaire, ils ont laissé travailler Mister Bop qui est en vrai pragmatique, a pris le contrôle total dans l’histoire, monsieur B me dit des trucs vraiment pas smart sur Mister Bop (tiens son avis a radicalement changé,pourquoi?) ,ces mots je ne les retranscrirai pas…De plus monsieur B débite ses phrases de manière rapide, il en dit trop, sur les « nègres cannibales », (Frantz Fanon utilise ce terme mais au second degré justement pour en montrer le mécanisme de la haine de soi, thème récurrent chez les antillais, je ne vais pas développer ici ,je vous conseille de lire « peau noire ,masques blancs » ) . Monsieur B dit que nous les métis sauveurs du monde (pour rappeler les termes de la conférence à laquelle je devais assister?) sommes une sorte d’élite. Je n’entends plus rien qu’un brouhaha, mais j’entends scander ce mot infâme  : »nègre ,nègre ,nègre cannibale » ,je pense à mon Père que je respecte infiniment, à ce continent affligé par de multiples plaies aux cours des siècles.Ce » petit blanc »(allez je me mets au niveau!) m’insulte, il insulte l’homme dans sa globalité car nous sommes tous nègres, nous sommes tous métis (merci Alain Giorgetti mon ami d’avoir éclairé ma lanterne!),c’est ce que j’étais entrain d’écrire dans mon texte de préparation à la conférence, complètement à l’opposé de cet horrible discours élitiste qui était sensé me flatter…Je suppose, comme  devait me séduire la théorie douteuse sur la prétendue supériorité des femmes, merveilles de la nature ….Tout s’éclaira, non :tout devint obscur, lourd, gras dans ma tète. J’avais envie de vomir. J’ai quand même trouvé l’énergie de lui dire qu’il insultait mon père qui était noir. Après j’ai cessé d’écouter,  j’avais pris ma décision : ne pas m’engager plus avant dans ce guêpier. En tant que mère, en tant que malade, en tant que moi tout court au risque de vexer et d’anéantir le travail de Mister Bop qui me semble bien être le dindon de la farce dans cette histoire burlesque et ridicule.

J’espère avoir pris la décision la plus sage ,la plus réfléchie même si mon deuxième moi « punk not dead » me traite de lâche.Le monde est grand j’aimerais bien exposer en Ariège
….par exemple.

ILE3

2 réflexions sur “monsieur B et mister Bop

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s