voluptas

moi,je regarde le sol.obstinément.je scrute les graines,les déchets,les cailloux,minuscules coquillages d’amour,morceaux de lichen ,finesse écartelée,élégantes méduses dentelières.
et ce vert pâle qui me creuse le cœur.
et cette lueur argentée sur le bassin.

c’est comme un éternel retour,une forme nostalgique sans fond.
le premier des bonheurs,le plus grand;dans le Temps si fragile,de ma frêle trajectoire.la baie de somme,elle ,elle ses flaques,ses gris tendres improbables.mes cris d’enfant sauvage déchirant l’immense espace.les silhouettes de grands chiens,et nos ombres lutines,mes petits crabes corail,et puis aussi mon seau.

le ventre de la Mer….celui dans lequel sans cesse,je reviendrai.

46239_baie1Et voilà.Encore une fois il faut que j’aménage un autre espace  me sentant à l’étroit dans ce lieu …Il en va d’ici comme pour le réel : j’ai besoin de bouger, je ne suis jamais restée nulle part durablement, une vie d’arrachements successifs, de deuils , d’impressions d’oublis.J’occulte les pans gris avec de la soie crémeuse et satinée.

Je crée des cloisons fines et translucides comme les ailes de ces animaux qui me terrorisaient enfant lorsque je les voyais épinglés avec soin par ma grand mère     :les papillons. De papillons maintenant il n’en reste quasiment plus . On ne peut lutter contre le temps ,ce vaste espace invisible qui nous propulse vers l’avant malgré notre volonté, notre peur. J’ai actuellement un retour en force de La douleur ,la grande , la laide , l’obsessionnelle. Celle qui vous isole du reste du monde , des rires, des gestes larges et souples, celle qui vous oblige à dessiner de la main gauche alors que vous êtes droitier (encore que cela soit assez amusant comme expérience ). Je peux vous le dire je ne me remets pas de la nouvelle du printemps,du « vous allez guérir mme Diomandé…..mais il faudra attendre deux ans… » je somatise a fond , c’est ce que je sais faire de mieux, enfin de moins pire.Et puis j’habite au rez de chaussé maintenant tout près de la Terre(je fais ici référence à mes envies anciennes de me jeter dans le vide), et puis j’ai une fille ,merveille à élever, à soutenir. Au delà du supportable par le commun des mortels, je sais faire et bien le faire, comme tous les survivants c’est presque sans effort, une seconde nature maintenant….C’ est juste « comme ça ». Je consulte de nombreux thérapeutes de tout poil ,ils compatissent ,me laissent parfois sans voix, me fauchent avec leurs phrases assassines : »il n’y a pas de connexion entre votre tète et votre corps »….la bonne nouvelle ,me voilà pur esprit maintenant. Alors je poste ce doigt de pied heureux( en forme de pied de nez à la camarde), enfoncé dans le sable noir rempli d’iode parce que c’est là ou je veux vivre ,là ou je me sens vibrer.

Et puis ce monde….. Mais quelle souffrance, j’ai honte de m’évertuer à comprendre les arcanes de mon esprit torturé ,et j’ai même honte de me plaindre. Après tout  je bénéficie de médicaments très onéreux depuis si longtemps, et c’est grâce à eux que je suis en vie à ce jour. J’y pense et puis j’oublie.

J’ai dit ce que j’avais sur le cœur, je continuerai à poster ici d’anciens articles de mes deux blogs précédents ‘artistikkkbranleta » et kamera obskura ». Mais maintenant que je travaille chaque jour qui passe, maintenant que la transcendance fait partie de mon quotidien justement par le biais de ce labeur obscur et obstiné,  j’ai envie de montrer mes dessins sans chercher à y trouver du « sens »,  il n’y a pas besoin d’en chercher, il suffit de décrire finement ce qui est ,le comment cela a été fait .C’est ce que je vais faire sur mon nouveau blog .J’ai très envie d’essayer de traduire mes descriptions pour que le public étranger qui visite cet espace (ils sont peu nombreux certes mais ils existent ) puisse comprendre ma démarche avec simplicité.

Je continue à écrire des textes à partir de mes productions ,de ma douleur, de ma vie solitaire.C’est essentiel pour moi de mettre des mots sur tout, peut être pour avoir l’impression de maitriser quelque chose dans ce foutu bordel qu’est la vie…C’est vrai je ne suis qu’un cerveau , je tiens à remercier mon système nerveux sympathique qui s’occupe de faire fonctionner l’ensemble des parties qui composent mon corps!!! Sans rire moi qui suis obsédée par les corps justement, les étreintes, les combats, les entrailles ,les muscles, les viscères je suis sortie de là ( ce rendez vous chez l’ostéopathe), comme vidée de ma substance, très en colère ,une saine et vive colère chaude comme le feu.De celle qui vous fait avancer sans regret vers l’avenir.

j’espère que certains d’entre vous viendront voir mon bébé?

 

3 réflexions sur “voluptas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s